Facebook

25 février 2021 07:34; Act: 25.02.2021 09:57 Print

1 milliard de dollars dans les contenus d'actualité

Facebook a annoncé qu’il allait investir «au moins» 1 milliard de dollars, soit environ 821 millions d'euros, dans les contenus d’actualité pour les trois prochaines années.

storybild

Facebook veut plus que jamais s’associer avec des éditeurs de presse. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une promesse et des regrets: après avoir essuyé un torrent de critiques pour avoir bloqué, temporairement, des articles de presse en Australie en protestation d’une loi demandant aux géants du numérique de rémunérer les médias, Facebook veut faire amende honorable en investissant «au moins» 1 milliard de dollars dans les contenus d’actualité sur les trois prochaines années.

«Nous avons déjà investi 600 millions de dollars depuis 2018 pour soutenir l’industrie des médias, et prévoyons d’investir au moins 1 milliard de plus sur les trois prochaines années», écrit mercredi, dans un article de blog, Nick Clegg, le responsable des affaires publiques du géant des réseaux sociaux.

Cet engagement intervient au moment où les groupes numériques sont dans le collimateur de gouvernements à travers le monde, qui veulent les contraindre à payer les contenus médiatiques qu’ils diffusent sur leurs plateformes. «Nous reconnaissons absolument que le journalisme de qualité est crucial au fonctionnement de nos sociétés – en informant et en valorisant les citoyens et en tenant responsables les puissants» pour leurs actions, justifie Nick Clegg.

Fin du bras de fer en Australie

Le dirigeant ne donne pas les détails de la répartition des investissements à venir du groupe dans les médias ni la forme que prendront ces derniers versements? partenariats? formation? droits d’auteur? droits voisins? «Facebook veut plus que jamais s’associer avec des éditeurs de presse», affirme seulement Nick Clegg.

La promesse du groupe de Mark Zuckerberg est faite au lendemain de la fin d’un bras de fer homérique l’ayant opposé au gouvernement australien sur un projet loi destiné à réguler les relations entre les médias traditionnels, en grande difficulté financière, et les mastodontes qui dominent internet et captent une part importante des revenus publicitaires.

Après avoir bloqué la publication de liens d’articles d’information provenant de médias locaux ou internationaux en riposte à cette loi en discussion, le propriétaire d’Instagram et de WhatsApp a finalement fait marche arrière, scellant un accord de dernière minute avec Canberra portant sur la rémunération des médias pour leurs contenus diffusés sur ses plateformes.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • blablabla le 25.02.2021 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    fake news programmés

  • Pascaline le 25.02.2021 10:10 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours plus de moyens pour la propagande gauchiste, pour ne pas dire xxxxxx-gauchiste

  • Glados le 25.02.2021 08:29 Report dénoncer ce commentaire

    "... dans les contenus de propagande" aurait été plus judicieux.

Les derniers commentaires

  • Pascaline le 25.02.2021 10:10 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours plus de moyens pour la propagande gauchiste, pour ne pas dire xxxxxx-gauchiste

  • Glados le 25.02.2021 08:29 Report dénoncer ce commentaire

    "... dans les contenus de propagande" aurait été plus judicieux.

  • blablabla le 25.02.2021 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    fake news programmés