Images pédophiles

08 mars 2017 09:11; Act: 08.03.2017 12:24 Print

Accusé par la BBC, Facebook appelle la police

Le réseau social a dénoncé aux autorités la chaîne britannique, qui lui avait envoyé des images pédophiles comme preuves qu'il ne les supprimait pas de sa plateforme.

storybild

La réseau de Mark Zuckerberg est accusé de ne pas lutter efficacement contre la diffusion d'images interdites. (photo: AFP/str)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Les rapports sont tendus entre la BBC et Facebook au Royaume-Uni. À la suite d'une enquête sur le système de signalement de contenus inappropriés sur le réseau social, la chaîne britannique a accusé la célèbre plateforme américaine de ne pas supprimer des images à caractère pédopornographique qui circulent sur ses groupes privés.

La réponse de Facebook a été plutôt inattendue. Le service a dénoncé à la National Crime Agency le journaliste du média britannique qui lui avait envoyé certaines des images récoltées au cours de son enquête. Elles devaient servir de preuves et permettre d'organiser une entrevue avec Simon Milner, responsable de la politique de Facebook pour le Royaume-Uni.

L'affaire remonte à Westminster

Le réseau social a soutenu avoir agi selon les standards de l'industrie en signalant les contenus envoyés par la BBC à l'organisation Child Exploitation & Online Protection Centre. «Il est illégal pour quiconque de distribuer des images d'exploitation sexuelle infantile», a justifié Facebook au site Gizmodo. «Nous avons également signalé les images pédophiles qui ont été partagées sur notre plateforme. Cette affaire est maintenant dans les mains des autorités».

La BBC avait au préalable demandé le retrait de dizaines de photos, mais seulement un cinquième d'entre elles ont effectivement été supprimées de la plateforme dirigée par Mark Zuckerberg, déplore la chaîne britannique. L'affaire est remontée jusqu'à Westminster, où Damian Collins, président de la Commission parlementaire Culture, média et sport a émis de «sérieux doutes» sur l'efficacité des systèmes de modération des contenus de Facebook.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Drakar Mada le 09.03.2017 03:51 Report dénoncer ce commentaire

    En attendant Facebook supprime les contenus (surtout contenant des tétons...) qu'il qualifie d'indécents selon ses propres critères puritains ! Même lorsque cela concerne l'Art ou l'Actualité... P.S. Il suffit qu'un puritain signale votre compte pour une publication qui ne lui convienne pas pour que vous soyez censuré.

  • GG57 le 08.03.2017 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    c'est vraiment le serpent qui se mord la queue! Au même titre qû'un dealer qui appelle la Police pour dénoncer le vol de sa drogue (survenu à Luxembourg il y a quelques mois), FB dénonce ces images reçues (reçues dans le but de les signaler) alors qu'ils auraient dû les supprimer... L'hypocrisie est vraiment un excellent moyen de se faire de l'argent... Pffff Content de ne pas avoir de compte dans cette usine à gaz!

Les derniers commentaires

  • Drakar Mada le 09.03.2017 03:51 Report dénoncer ce commentaire

    En attendant Facebook supprime les contenus (surtout contenant des tétons...) qu'il qualifie d'indécents selon ses propres critères puritains ! Même lorsque cela concerne l'Art ou l'Actualité... P.S. Il suffit qu'un puritain signale votre compte pour une publication qui ne lui convienne pas pour que vous soyez censuré.

  • GG57 le 08.03.2017 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    c'est vraiment le serpent qui se mord la queue! Au même titre qû'un dealer qui appelle la Police pour dénoncer le vol de sa drogue (survenu à Luxembourg il y a quelques mois), FB dénonce ces images reçues (reçues dans le but de les signaler) alors qu'ils auraient dû les supprimer... L'hypocrisie est vraiment un excellent moyen de se faire de l'argent... Pffff Content de ne pas avoir de compte dans cette usine à gaz!