Las Vegas

12 janvier 2018 08:12; Act: 12.01.2018 10:30 Print

Les enfants ciblés par les gadgets du CES

Malgré les innombrables études sur les risques liés à l'addiction des jeunes aux écrans, le salon de Las Vegas a dédié un espace entier aux bambins.

storybild

Les enfants sont une cible pour les objets connectés. (photo: AFP/Glenn Chapman)

Sur ce sujet

Tablettes, brosse à dents avec réalité augmentée, jeux éducatifs: les gadgets pour enfants sont nombreux dans les allées du salon électronique de Las Vegas, malgré les inquiétudes sur les risques d'addiction à la technologie et aux écrans. Au CES, les très jeunes ont leur propre section avec des produits destinés, selon les organisateurs, à «permettre aux enfants du XXIe siècle à apprendre et à jouer de façon plus intelligente».

Avec ses tablettes éponymes, la start-up chinoise Dragon Touch vise «les 3 à 6 ans», explique son patron Lei Guo. Design coloré, stylet ludique, applications éducatives..., l'appareil numérique dispose aussi d'une interface pour le contrôle parental.

«Les enfants pleurent»

«Les parents peuvent limiter le temps que leurs enfants passent sur la tablette, à 30 minutes par jour par exemple», précise le jeune chef d'entreprise, reconnaissant que «c'est l'inquiétude numéro un des parents». «Je ne veux pas que mes enfants passent trop de temps sur internet» mais si on leur interdit la tablette, «les enfants pleurent et je ne veux pas leur briser le cœur», poursuit-il en riant. Chez tous les fabricants, le discours est bien rodé.

Les innombrables études sur les risques liés à l'addiction des enfants aux écrans, aux réseaux sociaux et aux smartphones font désormais partie du paysage, mettant notamment en garde contre les risques d'anxiété, de dépression, d'obésité ou de troubles du sommeil.

Un débat qui a refait surface en début de semaine avec la lettre de deux grands actionnaires du géant américain Apple, préoccupés par les effets sur la santé mentale d'un usage excessif des iPhone, et réclamant au groupe une étude sur l'addiction des plus jeunes à ses smartphones.

Exposition pragmatique

Amy Braun, directrice marketing de la startup américaine Pai Technology, se veut pragmatique face à ces craintes: «La technologie est là pour un moment et c'est important d'exposer nos enfants à la technologie mais d'une façon bénéfique».

Avec les «Pai Storybooks», des livres de contes pour enfants qu'une application permet de métamorphoser en univers de réalité virtuelle sur l'écran d'une tablette, «il s'agit de transformer le temps passé sur un écran en temps de lecture» via la technologie, dit-elle. «La question n'est pas écran ou pas écran », estime la jeune femme.

Aux États-Unis, «41% des familles avaient un appareil mobile à la maison en 2011» contre «95% aujourd'hui», selon l'association spécialisée Common Sense Media. Avec Magik, la brosse à dents colorée pour 6-12 ans du français Kolibree, l'enfant se regarde dans l'écran d'un smartphone ou d'une tablette en se brossant les dents. «Grâce à l'analyse d'image, l'application détecte les mouvements de brossage», explique sa conceptrice Léonie Williamson.

Un «équilibre à trouver»

Le brossage devient un jeu utilisant la réalité augmentée: l'enfant doit éliminer des petits monstres à l'image - preuve que la brosse est maniée correctement - pour gagner des points. À la question de savoir si cela n'encourage pas les enfants à passer davantage de temps sur des écrans, Mme Williamson relativise: «C'est limité à trois brossages de deux minutes par jour, sinon les enfants se brosseraient les dents dix fois de suite!»

C'est un «équilibre à trouver», résume Ahren Hoffmann, responsable «éducation» de l'association américaine des magasins de jouets indépendants. Il faut «que les enfants sortent s'amuser, qu'ils jouent avec des jouets traditionnels, des jeux de société mais qu'ils utilisent aussi leurs tablettes et leurs jouets technologiques, qu'ils apprennent à faire du code informatique et toutes ces choses qui sont autour de nous de nos jours», dit-elle.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.