Réalité augmentée

04 janvier 2018 19:46; Act: 05.01.2018 17:13 Print

Quand les objets virtuels peuvent être «touchés»

La firme Meta a embrassé la technologie d'Ultrahaptics pour rendre la réalité augmentée encore plus immersive.

storybild

Une démo permettra de «toucher» un véhicule virtuel. (d)

Sur ce sujet

La société Meta, à l'origine du Meta 2, casque de réalité augmentée rival de l'HoloLens (Microsoft) et du Magic Leap One (Magic Leap), s'est associée à Ultrahaptics pour ajouter un nouveau sens à la réalité augmentée (AR): le toucher, outre les traditionnelles vue et ouïe. But: rendre l'AR plus immersive en permettant de «toucher» les objets virtuels.

Contrairement à d'autres solutions, comme le gant, HaptX Glove ou le dispositif Go Touch VR, la technologie d'Ultrahaptics ne nécessite pas d'enfiler un accessoire sur les mains. Le retour haptique est en effet créé par un dispositif générant des ultrasons.

Lors de la grand-messe technologique CES, dès le 9 janvier à Las Vegas, les visiteurs pourront tester cette technologie avec un modèle virtuel en 3D de la Pagani Huayra Roadster. Il s'agira de «toucher» la carrosserie de la supercar et de «ressentir» les vibrations de son moteur.

Les voitures ne sont pas les seuls produits pouvant bénéficier d'une telle technologie. Ikea et Amazon ont par exemple déjà lancé des apps permettant de prévisualiser en AR chez soi des produits avant de les commander. En intégrant cette solution, de tels services pourraient simuler les contours des objets sous les doigts.

(L'essentiel/man)