Service web

18 avril 2017 11:33; Act: 18.04.2017 11:36 Print

Pas d'historique Google livré aux employeurs

Le nouveau service de recherche d'emploi du géant du web ne partagera pas l'historique des recherches des utilisateurs avec les recruteurs, comme les rumeurs l'ont laissé croire.

storybild

Le site n'est pour le moment accessible que sur invitation. (dr)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Non, Google n'a pas l'intention de dévoiler l'historique des requêtes effectuées par les utilisateurs de son moteur de recherche avec leurs potentiels employeurs. La rumeur a circulé lundi sur le site d'actualités australien RT, ainsi que les médias britanniques Daily Mail et Sun notamment, après que le géant du web a discrètement commencé à tester un concurrent de LinkedIn, réseau social professionnel propriété de Microsoft.

Baptisé Hire, le nouveau service veut faciliter la recherche d'emploi. Il doit permettre aux entreprises de partager des offres d'emploi et de gérer les candidatures. Les sites en question se sont basés sur le fait que cette nouvelle plateforme de recrutement, pas encore ouverte au grand public, requiert un compte Google pour s'y inscrire pour diffuser la rumeur.

Des sociétés ont commencé des tests

Elle a été démentie par le géant du web: «Seules les informations qu'un candidat fournit volontairement seront transmises à un employeur potentiel dans le cadre de sa demande en ligne», comme par exemple le prénom, le nom, l'adresse e-mail, le CV ou encore la lettre de motivation, a assuré un porte-parole de Google au site Gizmodo. Il précise que sa société «ne partage pas d'informations privées comme l'historique de recherche ou de navigation».

Quelques sociétés semblent pour le moment avoir été sélectionnées pour tester la nouvelle plateforme, telles que Single Hop, CoreOs ou Medysas. La firme de Mountain View se serait appuyée sur la technologie développée par Bebop, société qu'elle a racheté en 2015.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Frontières publiques floues le 18.04.2017 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi partager "publiquement" des données que l'on peut monnayer via contrat en toute confidentialité... Google est peut-être devenu un serpent avide, certes, mais pas prêt à se mordre la queue, sûr! Fournir des donnés personnelles sans votre consentement, non, vendre ces infos à profit parce que vous avez cliqué "j'accèpte", oui! Pour comprendre le monde Google, comprenez ceci : vous croyez utiliser Google (comme FB, Tweeter & co) comme un produit, alors qu'en fait le produit, c'est vous! C'est donc Google qui vous utilise, vous êtes sa matière première! Et non l'inverse...

Les derniers commentaires

  • Frontières publiques floues le 18.04.2017 13:22 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi partager "publiquement" des données que l'on peut monnayer via contrat en toute confidentialité... Google est peut-être devenu un serpent avide, certes, mais pas prêt à se mordre la queue, sûr! Fournir des donnés personnelles sans votre consentement, non, vendre ces infos à profit parce que vous avez cliqué "j'accèpte", oui! Pour comprendre le monde Google, comprenez ceci : vous croyez utiliser Google (comme FB, Tweeter & co) comme un produit, alors qu'en fait le produit, c'est vous! C'est donc Google qui vous utilise, vous êtes sa matière première! Et non l'inverse...