Selon le père du web

10 juillet 2018 08:08; Act: 10.07.2018 12:20 Print

«Internet, synonyme d'abus et surveillance»

Tim Berners-Lee, créateur du World Wide Web en 1989, n'est pas satisfait de l'évolution de sa création et appelle à sa re-décentralisation.

storybild

Le Britannique Tim Berners-Lee, 63 ans. (photo: Walter Bieri)

Sur ce sujet

«Nous avons démontré que le web a desservi l'humanité au lieu de la servir, comme il était censé le faire, et a échoué sur de nombreux points». À l'occasion d'une interview accordée à Vanity Fair, Tim Berners-Lee, connu pour avoir inventé le World Wide Web en 1989, a manifesté son amertume et ses regrets concernant l'évolution de sa création. Se disant «dévasté» par les récentes dérives du web, entre fake news, ingérence russe dans les élections présidentielles américaines, ou encore affaire Cambridge Analytica de Facebook, cette figure d'Internet ne compte pas rester les bras croisés.

Depuis plusieurs mois, il travaille à une nouvelle plateforme. Baptisée Solid, elle est censée re-décentraliser le web et aider les internautes à contrôler leurs données personnelles. But: échapper au monopole de Facebook, Google ou encore Amazon, qui participent à la centralisation du web. «Sommes-nous sûrs que le reste du monde veuille réellement avoir accès à Internet, tel qu'il est aujourd'hui, synonyme de surveillance et d'abus en tous genres, avec des internautes pris en otages du bon vouloir d'une poignée d'acteurs qui contrôlent tout?», avait-il déjà déploré en début d'année.

Cette centralisation croissante du web «a fini par produire - sans action délibérée des personnes qui ont conçu la plateforme - un phénomène massif émergent qui est anti-humain», dénonce Tim Berners-Lee dans les colonnes de Vanity Fair. Il garde tout de même l'espoir de corriger le tir: «Les problèmes que doit affronter le web sont complexes et immenses, mais il faut que nous regardions cela comme s'il s'agissait de simples bugs. Les problèmes et erreurs créés par les hommes peuvent être réparés par les hommes, avec de la bonne volonté», assure-t-il.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 10.07.2018 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour les dictatures Internet est un puissant moyen de contrôle !!!

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 10.07.2018 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour les dictatures Internet est un puissant moyen de contrôle !!!

    • patoulux le 10.07.2018 09:52 Report dénoncer ce commentaire

      tout à fait d'accord mais pas que pour les dictatures, tout ce qui était censé être gratuit devient payant et une intoxication de pub

    • publivore le 10.07.2018 10:11 Report dénoncer ce commentaire

      @patoulux : quelque part, c'est normal de monétiser des services. Le problème à mon avis est que plutôt d'avoir inventer un nouveau moyen de monétiser tout ça, on a repris les vieilles traditions qui ne sont pas adaptées