Moteur de recherche

11 mai 2012 12:49; Act: 11.05.2012 12:55 Print

Facebook s'intègre mieux dans Bing

Le moteur de recherche de Microsoft a bénéficié de sa plus grande mise à jour depuis son lancement il y a trois ans.Il y a placé Facebook.

  • par e-mail

Microsoft a annoncé jeudi un nouveau renforcement de l'intégration de Facebook dans la nouvelle version de son moteur de recherche Bing. Celle-ci doit être diffusée dans les semaines qui viennent et devenir largement accessible aux Etats-Unis début juin. Il s'agit de la plus grande refonte de l'outil de recherche depuis son lancement, il y a trois ans.

«De plus en plus, le web se résume à davantage que la recherche d'informations en naviguant dans une série de liens organisés», a expliqué le patron des services en ligne de Microsoft, Qi Lu. «Nous faisons évoluer la recherche en prenant acte de nouveaux modèles d'utilisation, comme la localisation des gens dans leurs réseaux sociaux, ce qui permettra (aux internautes) de bénéficier de tout le savoir du web grâce à leurs amis», a-t-il ajouté.

Facebook, première source pour les photos

En janvier, avec «Search plus your World», Google avait aussi associé les statuts affichés sur son site social Google+ aux réponses de son moteur de recherche, en partant du principe que les internautes s'intéressaient aux contributions de leurs connaissances.La nouvelle version de Bing sera agrémentée d'une «bordure communautaire» listant des contacts Facebook qui pourraient avoir des éléments de réponse à une recherche, a détaillé Microsoft.

Pour une recherche sur «Hawaii», par exemple, Bing fouillera dans les photos et autres données de Facebook afin de suggérer des contacts pouvant fournir des informations pertinentes, a expliqué un responsable de Bing, Sandy Wong. «On aura toujours les résultats classiques de la recherche», a précisé M. Wong lors d'une démonstration, «mais désormais on pourra aussi prendre en compte les avis des amis qui pourraient savoir quelque chose sur Hawaii».

«Les gens utilisent le web pour faire des choses dans le monde réel»

Les autres modifications apportées devraient permettre plus de rapidité, des résultats plus pertinents et des pages plus nettes avec de bref aperçus sur des bribes d'informations.

«Les dix liens en bleu sur lesquels ont fonctionné les moteurs de recherche depuis dix ans n'ont plus de sens», a assuré le directeur de Bing, Stefan Weitz. «Les gens utilisent le web pour faire des choses dans le monde réel, et c'est un grand changement par rapport à il y a dix ans».

«Facebook pourrait capter environ 22% du marché mondial de la recherche»

Cette annonce intervient alors qu'une étude publiée jeudi a révélé que Facebook pourrait être lui-même en mesure de capter une part de marché importante s'il décidait de lancer son propre moteur de recherche.

Selon le cabinet de marketing britannique Greenlight, «Facebook pourrait capter environ 22% du marché mondial de la recherche rien qu'en lançant son propre moteur de recherche demain». «Il n'y aurait même pas besoin que ce soit un moteur de recherche spectaculaire, juste qu'il soit bien intégré dans l'expérience Facebook, et globalement compétent», selon le directeur d'exploitation de Greenlight, Andreas Pouros, cité dans un communiqué.

«J'aime» pèse le placement de ces sites

Cette enquête révèle aussi que l'intégration de Google+ et du moteur de recherche Google est un succès: près du quart des internautes ont cliqué sur le symbole «+1» pour montrer leur appréciation des sites présentés sur la page de résultats fournis. «Les marques et les distributeurs en ligne doivent encourager les '+1' dans Google», fait valoir M. Pouros. «Ce n'est plus quelque chose qui pourrait être important à l'avenir, ça l'est déjà».

Si les internautes signalent leur appréciation en cliquant sur «J'aime» sur Facebook ou sur «+1» sur Google+, cela pèse sur le placement de ces sites ou informations dans les moteurs de recherche qui prennent en compte les informations des sites communautaires.

Microsoft et Facebook sont associés de longue date. Dès 2007, le groupe de Redmond avait versé 240 millions de dollars, somme exorbitante à l'époque, pour acheter une part de 1,6% dans le site communautaire, qui n'avait alors que trois ans d'existence. Cette part pourrait peser jusqu'à 1,5 milliard de dollars une fois que Facebook sera coté en Bourse, sans doute dans une semaine.

(L'essentiel Online/AFP)