Aux États-Unis

19 mars 2017 15:22; Act: 20.03.2017 14:58 Print

Les objets connectés sont une mine d'or judiciaire

Les objets connectés envahissent le quotidien des consommateurs et la justice américaine utilise de manière croissante les informations qu'ils collectent.

storybild

Ces objets connectés permettent d'accéder à des données en temps réel ou à des données enregistrées. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Bracelets fitness, réfrigérateurs, enceintes et thermostats intelligents...L'an dernier, un homme de l'Ohio, qui affirmait s'être enfui précipitamment par la fenêtre quand sa maison avait pris feu, a été trahi par son pacemaker: les données enregistrées par l'appareil ont démenti sa version des faits, et il a finalement été inculpé pour incendie volontaire et fraude à l'assurance. En Pennsylvanie, une plainte pour viol a été classée grâce à un bracelet Fitbit: il contrôlait en permanence l'activité de la plaignante, et contredisait ses accusations.

Dans une affaire de meurtre dans l'Arkansas, les autorités comptent sur un témoin inédit pour faire avancer l'enquête: elles ont réclamé, et obtenu, l'accès aux enregistrements du haut-parleur à commande vocale Amazon Echo du principal suspect, qu'ils avaient saisi sur les lieux du crime. Cette semaine encore, le fabricant canadien du sex-toy «intelligent» We-Vibe a accepté de verser plusieurs millions de dollars à ses utilisateurs américains, car «des données très intimes et sensibles» avaient été collectées par l'application mobile du vibromasseur et stockées sans autorisation sur le serveur de l'entreprise.

Données difficiles à traiter

Le fabricant de téléviseurs Vizio a aussi dû payer une amende aux États-Unis parce que ses appareils connectés enregistraient secrètement des informations sur les téléspectateurs et les revendaient à des annonceurs. Une étude l'an dernier du Berkman Klein Center de l'université de Harvard dressait une longue liste d'appareils bardés de capteurs et se connectant sans fil à Internet, et donc susceptibles d'enregistrer des preuves pour les forces de l'ordre. Cela «allait des téléviseurs aux grille-pain en passant par les draps, les ampoules, les appareils photos, les brosses à dents, les serrures, les voitures, les montres et d'autres accessoires vestimentaires».

«Les capteurs audio et vidéo des objets connectés vont ouvrir de nombreuses voies aux acteurs gouvernementaux voulant accéder à des données en temps réel ou enregistrées», prévenaient les chercheurs. John Sammons, ex-policier et professeur à l'université Marshall de Virginie occidentale, souligne néanmoins que les données ne sont utiles pour les enquêteurs que si ceux-ci sont capables de trouver, et d'analyser, celles réellement pertinentes. «La plupart des policiers ne penseraient même pas à regarder un Fitbit ou un thermostat», relève-t-il. Et même s'ils le font, retrouver des éléments spécifiques dans l'énorme volume de données collectées réclame d'importantes ressources informatiques. «Cela peut parfois prendre des semaines à traiter», note-t-il.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JRTLL le 19.03.2017 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    Qui ne le savait pas....Connecté= prisonnier, fiché, foutu, un numéro.

Les derniers commentaires

  • JRTLL le 19.03.2017 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    Qui ne le savait pas....Connecté= prisonnier, fiché, foutu, un numéro.

    • Icarus le 20.03.2017 07:56 Report dénoncer ce commentaire

      C'est sur que si l'objet connecté contredit votre mensonge, vous etes foutu. Sinon, tout ce passe bien.

    • Allo mais allo quoi! le 24.03.2017 10:06 Report dénoncer ce commentaire

      @Iearus il faut tellement faire attention à l’interprétation des données collectées qu'il faut vraiment une bonne raison pour le faire. D'autant que lorsque l'on à affaire à de vrais bandits, ce n'est pas le scrupule d'injecter de fausses données qui arrête celui qui ne veut pas suivre la loi.