Jeux vidéo

13 juin 2017 14:44; Act: 13.06.2017 15:05 Print

Quand Mario s'allie aux Lapins Crétins

Pour la première fois, le japonais Nintendo a accepté de prêter son célèbre plombier à un développeur occidental, pour donner naissance à un titre inédit réservé à sa console Switch.

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Mario The Lapins Crétins: Kingdom Battle», dont la sortie est prévue pour le 29 août, a été conçu dans plusieurs studios d'Ubisoft, notamment à Paris et Milan. «C'est un partenariat d'une nouvelle ampleur. Cela fait trois ans que nous travaillons sur ce projet et que nous sommes allés le proposer à Nintendo et à Shigeru Miyamoto», le créateur de Mario, a expliqué Xavier Poix, directeur des studios français d'Ubisoft.

Le groupe français a, de longue date, collaboré étroitement avec le constructeur japonais. C'est à lui par exemple que l'on doit «Just Dance», un des principaux succès de la console Wii rendue populaire par sa manette à détection de mouvements. Mais jusqu'à présent, jamais Nintendo n'avait accepté de confier des personnages de la galaxie Mario, comme la princesse Peach, à un développeur non japonais. Il avait en revanche accepté que son compatriote Sega fasse s'affronter Mario et le hérisson Sonic dans un jeu de sport consacré aux Jeux olympiques.

Mario tiendra une arme

«C'est un signe de confiance. Nous avons évidemment travaillé avec Nintendo pour leur faire valider des orientations. Mais nous avons aussi pu proposer des choses inédites: pour la première fois, Mario tiendra une arme par exemple», détaille M. Poix. Ce titre, sur lequel ont travaillé 115 personnes, prendra la forme d'un jeu de stratégie - encore une nouveauté pour Mario et Ubisoft -, un genre généralement difficile d'approche pour les novices. Mais Ubisoft assure que sa production sera accessible, grâce à un apprentissage qu'il promet non rébarbatif.

«Nous ne voulons pas ennuyer le joueur avec un long tutorial. Il pourra rapidement apprendre à jouer en essayant des combinaisons de coups et s'amuser», promet Xavier Manzanares, le producteur du jeu. Il ne sera pas possible de jouer en ligne mais les joueurs pourront tout de même s'y essayer à deux en coopération devant le même écran.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.