Présidentielle française

08 avril 2017 10:00; Act: 10.04.2017 10:06 Print

Les jeux qui surfent sur la présidentielle 2017

Jeu vidéo de simulation poussé, jeu citoyen sur smartphone, jeu de société pour la famille ou sites interactifs, la présidentielle s'empare une fois de plus de l'univers ludique.

storybild

Le jeu «Elysez-Moi!» a été financé par les internautes.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Comme à chaque élection présidentielle française depuis le début des années 2000, les éditeurs de jeux vidéo profitent du filon pour dévoiler des jeux vidéo plus ou moins prenants sur le scrutin national. Cette année encore, plusieurs jeux ont été annoncés.

En tête, la simulation ultime depuis 2008, Geopolitical Simulator dont le 4e opus est sorti en 2016. Plus proche d'un «serious-game» que d'un jeu vidéo (comprendre: un jeu destiné aussi bien aux joueurs qu'aux entreprises et institutions pour simuler une stratégie), l'édition «Power & Revolution» place de nouveau le joueur dans le contexte mondial réel. La dernière mise à jour du jeu permet d'avoir une mise à jour complète des gouvernements, des institutions mondiales et du contexte géopolitique entre les nations. L'un des scénarios, nommé «élection française 2017» vous demande d'incarner l'un des candidats et de mener votre campagne comme bon vous semble pour accéder à la plus haute fonction.

Add-on de Power & Revolution - Geopolitical Simulator 4 (PC), développé par Eversim.

Sur smartphones aussi, l'élection française fait parler. «Toi Président 2017» est un jeu gratuit sur iOS et Android. Beaucoup plus simple, le jeu vous place dans la peau d'un président fraîchement élu qui, pour gouverner, doit choisir les résolutions de son choix. Bien évidemment, toutes les déclarations et orientations politiques sont celles, réelles, des candidats à l'élection. Là encore, le jeu se veut plus proche du produit vidéo-ludique et citoyen. «En ces temps d'élection, nous avons constaté que lire les programmes, il faut l'avouer, c'est clairement ennuyeux, et souvent mal présenté», explique Johann Verbroucht, du studio (basé à Zoufftgen) Goblinz Studio, à l'origine du jeu. À noter qu'il est aussi disponible gratuitement sur PC, Mac et Linux.

Toi, Président 2017, développé par Goblinz Studio.

Pour ceux qui n'ont ni PC ni console, ni smartphone, il y a aussi les jeux de sociétés. De très nombreux jeux surfent sur la politique et plus particulièrement sur les élections nationales. Parmi les dernières sorties, on note «2017 n'aura pas lieu», un jeu où le but est de faire en sorte que l'élection soit annulée, en incarnant des journalistes à la recherche de casseroles sur les candidats. Plus proche d'un jeu de simulation politique, «Politic» vous permet d'incarner un candidat qui doit gérer sa campagne, en terme de marketing et de communication, durant 52 tours pour les 52 semaines avant la présidentielle. Le jeu de plateau le plus connu reste «Elisez-moi», sorti pour 2012, où chaque joueur est un candidat qui doit redoubler de malice et de déclarations pour être élu, grâce à des cartes de défis et de gages «inspirés de faits réels» comme «tâter le cul des vaches» ou «bravitude». Un autre jeu nommé «Élysée-Moi!» est sorti fin 2016 grâce à une campagne de financement participatif. Il promet la même ambiance mais avec des règles plus simples.

«Elysée-Moi!», de Emmanuel de Lestrade

Enfin, certains sites proposent des «jeux» plus proches là encore de documentaires ludiques, comme quivoter.fr où le participant est amené à choisir les candidats de son choix puis répondre à des séries de questions sur les programmes «à l'aveugle». À la fin, le jeu annonce le candidat le plus proche de ses convictions. À peine plus intéressant que les fameux comparateurs et boussoles politiques qui pullulent sur le web depuis quelques semaines.

(Jonathan Vaucher/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).