Jeux vidéo

11 juillet 2018 16:06; Act: 11.07.2018 16:21 Print

Un streamer star se fait bannir du jeu «PUBG»

Populaire sur la plateforme de streaming Twitch, Michael «Shroud» Grzesiek ne pourra pas jouer au célèbre jeu, pendant un mois pour avoir triché.

Sur ce sujet

«Je vais être banni» avait prédit Michael «Shroud» Grzesiek en interagissant avec un hacker durant la diffusion d'une partie du jeu «PlayerUnknown's Battlegrounds» («PUBG») en début de semaine sur la plateforme Twitch. Et il avait raison. L'éditeur et développeur PUBG Corporation, filiale de Bluehole, a infligé un ban temporaire d'un mois à ce streamer vedette qui compte plus de 3 millions d'abonnés à sa chaîne Twitch.

Après avoir croisé à plusieurs reprises un tricheur dans le jeu de battle royale, la star de «PUBG» a décidé de faire équipe quelques instants avec lui en prenant place dans la voiture volante du hacker. «C'est vraiment pour montrer que PUBG s'en fiche complètement, car ce mec aurait dû être banni immédiatement», a déclaré le streamer à la fin de la session de jeu. «Je me suis dit et puis merde je vais m'amuser avec lui. Voyons combien de temps ça dure. On se balade ensemble, il n'est toujours pas banni», a-t-il déploré en pointant du doigt le laxisme de l'éditeur en matière de tricherie.

Mais après avoir reçu sa punition, le streamer a tenu à s'excuser auprès de ses fans: «J'essayais de passer un bon moment. Manifestement, je savais ce que je faisais. Ce n'était pas une bonne idée. Ça m'a semblé être une bonne idée. Mais ce n'était pas une bonne idée. Je suis désolé pour ceux qui sont vraiment fâchés contre moi», a déclaré «Shroud» dans une vidéo dans laquelle il explique avoir été banni du jeu pendant un mois, alors que certains internautes sur Reddit pensaient déjà, qu'au vu de son statut, il allait échapper à toute sanction.

Ce n'est pas la première fois qu'un streamer populaire sur Twitch se fait taper sur les doigts par l'éditeur de «PUBG». En juillet 2017, le streamer Dr. Disrespect a également reçu un ban temporaire pour avoir tué des coéquipiers dans le jeu.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.