Buzz

31 juillet 2012 11:04; Act: 31.07.2012 11:30 Print

Ils déposent logo et marque d'Anonymous

Une société française a déposé il y a quelques semaines la devise, le nom et le logo du groupe d'hacktivistes, ce qui pourrait l'exposer à une attaque de site en bonne et due forme...

storybild

Capture d'écran du dépôt de marque et du logo. (photo: dr)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Il ne faut pas avoir froid aux yeux pour s’attaquer directement aux Anonymous. Une société nommée Early Flicker vient pourtant de faire le buzz en déposant à l’INPI (l’Institut de protection des marques en France) le logo et la devise du groupe, «Anonymous We are Legion. We do not Forgive. We do not Forget. Expect us». Le dépôt et l’enregistrement ont été effectués entre février et juin dernier. La société à l’origine de la création est un producteur de tee-shirts imprimés, domiciliée dans le XVIe arrondissement de Paris.

Contactée par Le Parisien, lundi, la société n’a pas apporté d’éléments sur ses activités mais semble portée sur des produits dérivés, ainsi que sur du textile et du cuir. Si la société n’est pas affiliée d’une quelconque manière au groupe d’hacktivistes, elle risque de s’attirer les foudres de leurs pirates les plus militants. En tout cas, le site eflicker.fr, spécialisé aussi dans le marketing web, n’avait toujours pas subi, mardi, d’attaque DDOS...

(JV/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • LepetitSarko le 31.07.2012 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    sans aucun doute des petits bourgeois du 16èime arrondissement en mal de notoriété...

Les derniers commentaires

  • LepetitSarko le 31.07.2012 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    sans aucun doute des petits bourgeois du 16èime arrondissement en mal de notoriété...