Jeux vidéo

15 septembre 2021 22:29; Act: 16.09.2021 14:35 Print

Un titre pétri d'humour à ne pas «looper»

La dernière production des créateurs de la franchise «Dishonored» retourne le cerveau. Et on adore le concept.

Sur ce sujet
Une faute?

«Deathloop» est le nouveau jeu de tir à la première personne complètement déjanté et signé Arkane Lyon, le studio à l'origine de la licence «Dishonored». Dans ce titre atypique, deux assassins rivaux sont piégés dans une mystérieuse boucle temporelle sur l'île de Blackreef, condamnés à répéter la même journée pour l'éternité. Dans la peau de Colt, la seule chance du joueur de mettre fin au cycle consiste à assassiner huit cibles avant la fin de la journée. Mais son «amie» Juliana va lui mettre des bâtons dans les roues.

Déboussolé au départ, le héros va gentiment apprivoiser les quatre zones de la carte, tout en verticalité et peuplées par des habitants bigarrés et belliqueux, et suivre un véritable jeu de pistes. Sans oublier que le temps est également découpé en quatre moments-clés: le matin, le midi, l’après-midi et le soir avec des incidences sur les décors. Le but consiste donc à amasser assez de ressources pour sauvegarder un meilleur équipement pour la prochaine boucle et devenir un tueur insaisissable. Avec dans l’arsenal des fusils plutôt classiques mais superbement modélisés. Quant aux capacités supplémentaires, sans aller dans les détails, elles permettent de se mouvoir tel un fantôme, un peu comme dans «Dishonored».

Mis à part une I.A. aux fraises, «Deathloop» est un petit bijou avec son ambiance décontractée à la «Austin Powers», son gameplay aux petits oignons et ses innombrables secrets à découvrir.

(L'essentiel/mmi)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.