Chez les jeunes

01 octobre 2021 12:29; Act: 01.10.2021 14:29 Print

Insta a fait grimper l'anxiété et la dépression

Des parlementaires américains ont réclamé jeudi, sans succès, à une dirigeante de Facebook, que le groupe s’engage à protéger davantage les enfants.

storybild

Antigone Davis, responsable de la sûreté chez Facebook, était auditionnée, jeudi, par des membres de la commission au Commerce du Sénat américain qui lui demandaient d’aller plus loin dans la protection des plus jeunes. (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

«Êtes-vous prêts à promettre que Facebook ne lancera pas de plate-forme pour les enfants de 12 ans et moins qui leur permettrait de mesurer leur popularité?», a lancé jeudi, le sénateur démocrate Ed Markey, en référence aux boutons «like» (Facebook) ou aux cœurs sur lesquels les utilisateurs peuvent cliquer sur Instagram. Mais Antigone Davis, responsable de la sûreté chez Facebook, a esquivé et préféré insister sur le fait que, selon elle, les produits de Facebook «enrichissent» la vie en permettant à des adolescents de rester en contact avec leurs amis et leur famille.

Elle était auditionnée, jeudi, par des membres de la commission au Commerce du Sénat américain qui lui demandaient d’aller plus loin dans la protection des plus jeunes. Les élus ont également demandé à la responsable de promettre que le groupe publierait les résultats de ses recherches sur les effets des réseaux sociaux. Dans un article publié mi-septembre, le Wall Street Journal a révélé que l’entreprise effectuait des recherches sur le sujet depuis trois ans, sur la base de documents fournis par un lanceur d’alerte. Les études ont notamment montré que 32% des adolescentes estimaient que l’utilisation d’Instagram leur avait donné une image plus négative de leur corps lorsqu’elles n’en étaient déjà pas satisfaites.

Impact d'Instagram sur les ados

«Les adolescents reprochent à Instagram d’avoir fait augmenter l’anxiété et la dépression» chez les jeunes, disait un document produit par les chercheurs transmis par le lanceur d’alerte. Mais jeudi, Antigone Davis a expliqué que Facebook étudiait des moyens de publier davantage d’éléments sur ses recherches, mais qu’il devait prendre en compte des «questions de vie privée». Quelques heures avant l’audition, le géant des réseaux sociaux aux 2,9 milliards de comptes actifs avait publié des documents pour réfuter la thèse développée par le «Wall Street Journal», selon laquelle Facebook a conscience des problèmes que peut provoquer la fréquentation des réseaux sociaux chez les jeunes.

«Ces recherches sont une bombe», a dit le sénateur démocrate Richard Blumenthal, lors de l’audition, en référence aux documents qu’a fait fuiter le lanceur d’alerte. «C’est une preuve puissante, saisissante et captivante que Facebook connaît les effets néfastes qu’ont ses sites sur les enfants, et qu’il a cherché à le cacher.» Le sénateur a comparé les méthodes de Facebook avec celles des grands cigarettiers, qui gardaient pour eux les conclusions de leurs recherches sur les dégâts que cause la consommation de tabac.

«Avez-vous changé votre fonctionnement après que ces études vous ont montré que ces produits augmentaient la probabilité de suicide chez ces adolescentes?», a interrogé le sénateur républicain Ted Cruz. Mme Davis a répondu que Facebook travaillait avec des experts de la prévention du suicide et avait créé des outils pour suggérer aux utilisateurs des structures spécialisées s’il apparaît qu’ils sont en difficulté psychologiquement. Un lanceur d’alerte en lien avec Facebook doit être auditionné mardi devant les mêmes élus, qui n’ont pas indiqué s’il s’agissait de la personne à l’origine de la fuite des documents.

(L'essentiel/afp/reg)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fuck le 01.10.2021 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le téléphone rose numérique tout simplement

  • Stop Insta le 01.10.2021 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait l'interdire! Car inutile!

  • Responsabilité personnelle le 01.10.2021 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    C'est qui marchent avec le smartphone allumé sont des personnes qui ne savent plus apprécier le présent. A qui la faute ?

Les derniers commentaires

  • fuck le 01.10.2021 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le téléphone rose numérique tout simplement

  • Responsabilité personnelle le 01.10.2021 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    C'est qui marchent avec le smartphone allumé sont des personnes qui ne savent plus apprécier le présent. A qui la faute ?

  • NoSmarty le 01.10.2021 13:15 Report dénoncer ce commentaire

    Mais ce n'est nullement nouveau que ces sites/applications provoquent des troubles psychologiques. L'utilisation excessive du portable a des effets tout comme la consommation excessive d'alcool. On le voit trous les jours ............ Smombies, tête baissée, déconnectés du monde !

  • Stop Insta le 01.10.2021 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait l'interdire! Car inutile!

    • Veritas le 01.10.2021 13:48 Report dénoncer ce commentaire

      Si on interdisait tout ce qui est inutile, vous ne feriez plus rien.