Accusations

25 août 2016 15:43; Act: 25.08.2016 16:03 Print

Les géants du Net laxistes envers les jihadistes?

Les entreprises du web ne déploient pas assez de moyens pour empêcher les cyberjihadistes d'utiliser leurs services, selon une commission du Parlement britannique jeudi.

storybild

Les grandes entreprises du web sont accusées de ne pas en faire assez pour lutter contre la radicalisation sur Internet. (photo: DPA)

  • par e-mail
Sur ce sujet

«La ligne de front moderne, c'est internet», écrit le député britannique Keith Vaz, président de la commission des Affaires intérieures, dans un rapport publié jeudi. «Ses forums de discussion et réseaux sociaux sont la sève de Daech et des autres groupes terroristes en matière de recrutement, de financement et de diffusion de leur idéologie». «Et c'est en toute connaissance de cause que les grandes entreprises comme Google, Facebook et Twitter se révèlent incapables de répondre à cette menace», ajoute-t-il en estimant que cet échec fait de certaines parties d'Internet des zones de non-droit.

Quant aux centaines de milliers de comptes suspendus par Twitter et aux millions de vidéos supprimées par Google, elles ne représentent qu'une «goutte d'eau dans l'océan», affirme la commission. Le problème, souligne-t-elle, vient notamment du manque de moyens humains mis à disposition pour traquer les contenus litigieux: «Ces entreprises ont des équipes de seulement quelques centaines d'employés pour surveiller des réseaux de milliards de comptes».

«Les terroristes et l'apologie du terrorisme ne sont pas autorisés sur Facebook, et nous répondons rapidement et fermement aux signalements de contenus à caractère terroriste», a réagi Simon Milner, un des responsables de Facebook UK, affirmant que l'entreprise «travaille depuis des années avec des experts pour contrer» les discours extrémistes. Un porte-parole de YouTube (filiale de Google) a assuré que la plateforme allait «continuer de travailler avec le gouvernement et les autorités judiciaires afin de définir comment mieux répondre à la radicalisation». De son côté, Twitter a annoncé la semaine dernière avoir suspendu 235 000 comptes ces six derniers mois dans le cadre de sa lutte contre les publications faisant la promotion du terrorisme.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre le 26.08.2016 10:03 Report dénoncer ce commentaire

    Le terrorisme est rentable pour les medias et les réseaux sociaux sont devenus des médias. Tout est dit.

  • RamBo le 25.08.2016 17:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ben, sans le "Net", l'organisation des actes terroristes serait au moins bien plus compliquée. Mais Zuckerberg et autres sont, malheureusement, considérés comme les Dieux du 21ième siècle.

  • thelen le 25.08.2016 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    bizarre ça ne choque personne ça

Les derniers commentaires

  • Pierre le 26.08.2016 10:03 Report dénoncer ce commentaire

    Le terrorisme est rentable pour les medias et les réseaux sociaux sont devenus des médias. Tout est dit.

  • thelen le 25.08.2016 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    bizarre ça ne choque personne ça

  • RamBo le 25.08.2016 17:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ben, sans le "Net", l'organisation des actes terroristes serait au moins bien plus compliquée. Mais Zuckerberg et autres sont, malheureusement, considérés comme les Dieux du 21ième siècle.