Utilisation «cachée»

10 avril 2018 14:52; Act: 10.04.2018 15:07 Print

Que font les réseaux sociaux de nos données?

L'affaire Facebook a fait plus pressantes les questions des internautes sur l'utilisation des données recueillies par les réseaux sociaux et les moteurs de recherche.

storybild

Une fois que nos données sont recueillies par d'autres applications, elles échappent mêmes à Facebook.

Sur ce sujet

Panorama des pratiques des réseaux sociaux, alors que Mark Zuckerberg est auditionné mardi par le Congrès américain.

  • Ce qu'ils recueillent:

    Les réseaux sociaux recueillent tout ce qu'un utilisateur écrit, sur sa page Facebook par exemple, ou ailleurs sur le réseau social, toutes les photos ou vidéos qu'il poste, tous les «J'aime» sur lesquels il clique, tout ce qu'il partage, tout ce qu'il consulte, l'identité des utilisateurs avec lesquels il interagit, ou sa géolocalisation.

    Il en va de même avec Instagram et WhatsApp, filiales de Facebook, Snapchat ou Twitter, même si la palette est moindre sur ces plateformes. Si l'utilisateur l'y autorise, Facebook peut aussi aller chercher des informations sur les sites internet qu'il consulte tout en étant connecté au réseau social.

  • Ce qu'ils vendent:

    Facebook assure ne pas vendre à ses clients annonceurs de données personnelles identifiables ou même des données agrégées. Ce qu'il facture, c'est la possibilité pour un annonceur de toucher uniquement, parmi les utilisateurs de Facebook, la population qu'il vise, ce qui démultiplie l'efficacité d'une campagne.

    «Facebook n'est pas dans la vente de données, il est dans la vente de pixels», résume Ryan Matzner, co-fondateur de Fueled, qui crée des applications pour des clients. Twitter, lui, vend des tweets, où plutôt l'accès à un moteur de recherche interne pour balayer tous les messages postés sur une période donnée.

  • Ce qu'ils partagent:

    L'immense majorité des réseaux sociaux ouvrent leurs portes aux développeurs externes, qui créent des applications nourries, pour tout ou partie, de l'exploitation des données des utilisateurs de ces réseaux. Dans le cas de Facebook, la partie publique, c'est-à-dire toute la page pour certains, uniquement le nom, prénom et la photo, pour d'autres, ne nécessite pas d'autorisation de l'utilisateur, explique Ryan Matzner.

    En revanche, l'utilisation du reste requiert, elle, le consentement de l'intéressé. Seules les données bancaires ou de paiement, que détient Facebook, sont hors limites. Néanmoins, tempère, Ryan Matzner, «beaucoup de choses qui étaient possibles il y a 5, 6 ou 7 ans ne le sont plus car Facebook était plus ouvert à l'époque». Mais une fois que les données sont recueillies par ces applications, elles échappent à Facebook ou aux autres réseaux sociaux.

    Tenter de remettre la main sur ces informations, «pour Facebook, c'est essayer de s'en prendre à quelque chose sur lequel ils n'ont pas autorité. Et il n'y a même pas d'outils pour ça, quoi qu'ils en disent», explique Chirag Shah, professeur à l'université Rutgers et spécialiste des données sur les réseaux sociaux. «Une fois que quelqu'un a eu accès à ces données, Facebook n'a aucun moyen d'être certain de ce qu'ils en ont fait», renchérit Ryan Matzner.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • taz red le 10.04.2018 15:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien venu dans le monde reel..

  • premenons nous dans les bois le 10.04.2018 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils le vendent

  • KnightRider le 10.04.2018 19:29 Report dénoncer ce commentaire

    Quand quelque chose est gratuit, c` est parce que le prix c`est vous.

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 10.04.2018 22:11 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que font les réseaux sociaux de nos données est connu depuis longtemps: il les vendent au plus offrant pour faire encore plus d'argent, c'est honteux et cela doit cesser !!!

  • KnightRider le 10.04.2018 19:29 Report dénoncer ce commentaire

    Quand quelque chose est gratuit, c` est parce que le prix c`est vous.

  • premenons nous dans les bois le 10.04.2018 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils le vendent

  • taz red le 10.04.2018 15:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien venu dans le monde reel..