Mobilité du futur

09 novembre 2017 15:52; Act: 09.11.2017 16:50 Print

Uber monte avec la Nasa dans les taxis aériens

Uber a dévoilé mercredi un partenariat avec la Nasa pour mettre au point des taxis volants que le géant du covoiturage promet économes.

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'entreprise a aussi signalé que Los Angeles serait ajoutée aux deux autres sites pilotes déjà annoncés, Dallas Fort-Worth, au Texas, et l'émirat de Dubai, pour ce programme baptisé UberAir. La métropole californienne pourrait donc bientôt ressembler à l'image qu'en donnait le cinéaste Ridley Scott dans son film de science-fiction "Blade Runner", avec des véhicules volants pour couper court à ses embouteillages dantesques. Avec la Californie, le Texas est l’État américain avec le plus gros parc automobile.

"La participation d'Uber au projet sur la gestion du trafic de véhicules sans pilotes - drones - de la Nasa", l'agence américaine de l'aérospatiale, "devrait aider la société à atteindre son objectif de démarrer des vols d'UberAir dans plusieurs villes américaines d'ici 2020", explique un communiqué. Uber veut "explorer d'autres possibilités de collaboration avec la Nasa qui joueront un rôle important dans l'ouverture de nouveaux marchés de mobilité aérienne". Les premiers vols de démonstration sont prévus en 2020 et le passage à la phase commerciale en 2023, avec en vue les Jeux olympiques de 2028 à Los Angeles. Les vols auront un pilote dans un premier temps même s'ils pourraient devenir automatisés à l'avenir, a précisé un porte-parole, Matthew Wing.

Banalisation pas avant 2050

"Dans le cadre de son projet Elevate, Uber prévoit de faire circuler un réseau de petits véhicules aériens électriques dans plusieurs villes à travers le monde pour permettre aux gens de partager des vols dans des zones urbaines densément peuplées", poursuit Uber dans son communiqué. Un trajet en UberAir entre l'aéroport de Los Angeles et la salle de spectacles Staples Center prendrait par exemple 27 minutes soit trois fois moins de temps qu'en voiture, promet le dossier de presse. Ces véhicules à décollage et atterrissage vertical (VTOL) "sont différents des hélicoptères car ils sont beaucoup plus silencieux, sûrs et abordables, et plus respectueux de l'environnement", assure le communiqué. Uber dit envisager qu'à terme un trajet en UberAir soit équivalent à celui d'un UberX, celui d'un trajet de base avec un chauffeur du site de covoiturage.

Ces engins pourraient décoller, atterrir et se recharger sur un réseau de "vertiports" installés en haut d'immeubles de parking, sur des zones existantes prévues pour les hélicoptères ou sur des terrains inutilisés autour des échangeurs routiers. Uber a diffusé mercredi une vidéo où l'on voit une utilisatrice commander un Uber Air depuis son téléphone, comme elle le ferait pour une voiture, puis monter au dernier étage d'un immeuble pour arriver sur un "Uber Skyport", scanner son téléphone pour accéder au véhicule qui ressemble à un hybride entre un hélicoptère et un drone. Pascal Pincemin, associé chez Deloitte, soulignait lors du salon du Bourget qu'il ne voyait pas ces taxis volants autonomes se banaliser avant 2050, car il faudra avant démontrer leur fiabilité.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • taxi le 09.11.2017 16:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je viens de réserver un voyage pour être un des premiers mais j’ai pris juste l’aller pour le retour pas besoin

  • Cessna le 10.11.2017 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    ça va pas être facile de convaincre la régulation aérienne, sachant que tous vols sont interdits au dessus des agglomérations. Sans compter les risques d'attentats ! Mais l'idée est belle.

  • Vincent le 10.11.2017 07:35 Report dénoncer ce commentaire

    E le Luxembourg? Pourquoi ne pas participer au programme,?

Les derniers commentaires

  • Cessna le 10.11.2017 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    ça va pas être facile de convaincre la régulation aérienne, sachant que tous vols sont interdits au dessus des agglomérations. Sans compter les risques d'attentats ! Mais l'idée est belle.

  • Vincent le 10.11.2017 07:35 Report dénoncer ce commentaire

    E le Luxembourg? Pourquoi ne pas participer au programme,?

  • taxi le 09.11.2017 16:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je viens de réserver un voyage pour être un des premiers mais j’ai pris juste l’aller pour le retour pas besoin