«CS:GO»

29 septembre 2020 07:58; Act: 29.09.2020 12:09 Print

37 entraîneurs bannis pour avoir exploité un bug

L’enquête menée par l’ESIC, depuis le 4 septembre, au sein de la scène pro de «Counter-Strike» a conduit à une nouvelle vague de sanctions, lundi, contre de nombreux coachs.

storybild

L’ancien entraîneur des Ninjas in Pyjamas, Faruk «Pita» Pita, fait partie des coachs sanctionnés lundi. (photo: DreamHack)

Sur ce sujet
Une faute?

L’affaire de tricherie qui secoue la scène professionnelle du jeu de tir «Counter-Strike» depuis près d’un mois a connu un développement fracassant lundi. Après les sanctions prononcées par l’ESL début septembre contre trois coachs pour avoir exploité un bug du mode spectateur, la Commission pour l’intégrité dans l’e-sport (ESIC) a rendu les conclusions provisoires de son enquête dans un long rapport. Et celui-ci risque de faire des vagues, puisque 37 entraîneurs sont désormais incriminés pour avoir abusé de la faille.

Porté à l’attention de l’ESL par certains pros, le bug en question permettait aux coachs de profiter de la caméra du mode spectateur pour se déplacer librement sur la carte, et observer ainsi les positions stratégiques des équipes adverses en toute discrétion. Trois entraîneurs avaient initialement été bannis suite à ces révélations: Aleksandr «MechanoGun» Bogatiryev de Hard Legion Esports, le coach de MIBR Ricardo «dead» Sinigaglia, et le Danois Nicolai «Hunden» Petersen, dont l’équipe Heroic a remporté l’ESL Cologne fin août.

Parallèlement, l’ESIC avait ouvert une vaste enquête le 4 septembre sur la faille. Après avoir analysé plus de «25 000 démos» du jeu, les enquêteurs ont annoncé avoir trouvé des preuves de l’usage du bug «dès 2017». Environ 20% des matériaux à disposition de l’ESIC ont été passés au peigne fin pour l’instant, mais ceux-ci contiennent «la majorité des infractions» selon l’organe de contrôle.

Révélations «difficiles»

En conséquence des investigations, 37 entraîneurs ont donc été sanctionnés par l’ESIC à ce jour, avec des bannissements s’étendant de trois mois à trois ans. Parmi ceux-ci figurent l’ancien coach de FaZe Clan Robert «RobbaN» Dahlström, l’ex-entraîneur des Ninjas in Pyjamas Faruk «Pita» Pita ou encore celui des NaVi’ Sergey «Starix» Ischuk. La liste complète des coachs incriminés est consultable à cette adresse. Les sanctions des trois entraîneurs bannis il y a un mois ont également été amendées.

Dans un message adressé à la communauté de «CS:GO», l’ESIC «comprend que ces révélations puissent être difficiles pour beaucoup de monde». Mais l’organe de contrôle estime «qu’il est dans le meilleur intérêt du jeu et des joueurs de traiter de front les violations du règlement». Le rapport définitif de l’ESIC est attendu pour le mois d’octobre.

(L'essentiel/lgb)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.