Technologie

28 mars 2017 11:47; Act: 28.03.2017 15:53 Print

Elon Musk veut brancher le cerveau à l'ordinateur

Le patron des sociétés Tesla et Space X a créé l'entreprise de recherche médicale Neuralink, dont le but est de développer une technologie de «dentelle neuronale».

storybild

Elon Musk a de nombreux projets futuristes. (photo: Keystone/Jack Plunkett)

Sur ce sujet
Une faute?

Elon Musk, 45 ans, à la tête de l'entreprise de voitures électriques Tesla, des fusées spatiales SpaceX et du projet de capsule de transport ultrarapide Hyperloop, a trouvé le temps de fonder une nouvelle société. Des sources internes ont confié au Wall Street Journal que l'entrepreneur américain, aussi cofondateur du service de paiement en ligne PayPal, a créé la firme Neuralink.

Enregistrée en juillet dernier en Californie en tant qu'entreprise de recherche médicale, cette société qui n'a encore aucune activité publique vise à relier le cerveau humain avec les ordinateurs en développant une technologie de «dentelle neuronale». Neuralink travaillera sur l'implémentation d'électrodes miniatures dans le cerveau humain qui pourraient permettre un jour aux utilisateurs de télécharger des pensées et des souvenirs. La solution d'Elon Musk doit aussi proposer une communication plus directe avec les machines informatiques, sans passer par une interface physique.

Les premiers champs d'applications de Neuralink pourraient toutefois consister à lutter contre les maladies dégénérescentes du cerveau, comme l'épilepsie, ou encore la dépression. Mais elle a surtout pour but d'aider l'être humain à atteindre des niveaux cognitifs plus élevés pour ne pas être devancé par les progrès de l'intelligence artificielle et ainsi devenir son «animal domestique». Elon Musk a évoqué à plusieurs reprises, ces derniers mois, son intérêt pour une telle technologie. L'entrepreneur a par ailleurs aussi cofondé en 2015 OpenAI, association de recherche à but non lucratif en intelligence artificielle (IA). Son but éthique vise à concevoir une IA qui puisse bénéficier à l'humanité tout entière.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • simple constat le 28.03.2017 20:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudra un jours poser des limites éthiques à se type de recherche !

Les derniers commentaires

  • simple constat le 28.03.2017 20:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudra un jours poser des limites éthiques à se type de recherche !