Google Allo

12 mai 2017 16:17; Act: 12.05.2017 18:02 Print

Emojis à votre effigie à partir d'un selfie

L'app de messagerie instantanée Google Allo a introduit une nouvelle fonctionnalité qui tire parti de réseaux de neurones artificiels.

storybild

L'app analyse les différentes caractéristiques du visage pour générer un émoji sur mesure. (d)

Sur ce sujet
Une faute?

Google Allo, l'une des innombrables apps de communication lancées récemment par le géant du web, vient de se doter d'une nouvelle fonctionnalité originale. Le service combine des réseaux de neurones artificiels et le travail d'artistes pour créer des sortes de Bitmoji, ces fameux émojis personnalisés ressemblant à l'utilisateur.

Pas besoin, comme sur les autres services, de créer un avatar depuis le début en choisissant les différents éléments qui caractérisent un visage. Il suffit à l'utilisateur de prendre un selfie pour que le système génère automatiquement un émoji version «cartoon» à son effigie. Il peut ensuite être utilisé dans les messages échangés via l'app, qui a la particularité d'intégrer l'assistant personnel Google Assistant. Des options de personnalisation restent malgré tout disponibles pour corriger manuellement le résultat.

Cette nouvelle fonctionnalité qui permet de créer des autocollants personnalisés a commencé à être déployée sur Android, mais son lancement sur iOS est prévu pour «bientôt». Pour l'activer, il faut appuyer sur le bouton «+» dans la barre de rédaction > insérer un autocollant > Ajouter des autocollants > Transformer un selfie en autocollant.

Dans un billet de blog, Google détaille le travail derrière cette nouveauté. Il explique notamment ses efforts pour éviter la «vallée dérangeante» («uncanny valley», en anglais). Cette théorie scientifique du roboticien japonais Masahiro Mori veut que plus un objet animé, ou non, ressemble à un être humain et semble réaliste, plus ses moindres imperfections le rendent repoussant et provoquent un malaise chez l'observateur. C'est pour cette raison que les émojis ainsi créés ne visent pas l'ultraréalisme mais se veulent des illustrations artistiques.

(L'essentiel/man)