Wearables

03 février 2018 10:41; Act: 03.02.2018 10:46 Print

Intel passe la main pour les lunettes connectées

La firme américaine perd patience avec l'informatique à porter qui tarde à trouver son public.

storybild

Les lunettes connectées d'Intel n'ont pas rencontré leur public.

Sur ce sujet
Une faute?

Intel devrait sortir cette année des lunettes affichant des informations contextuelles. Mais il appartiendra certainement à ses nouveaux partenaires de les commercialiser et d'en définir les grandes lignes pour le futur. Selon l'agence Bloomberg, le fabricant de puces cherche à vendre une participation majoritaire dans sa division évaluée à quelque 301 millions d'euros et qui compte environ 200 employés.

Connues sous le nom de code Superlite, les lunettes connectées avaient bénéficié d'une partie des équipes de Recon, une start-up à l'origine de lunettes de réalité augmentée acquise en 2015 par Intel et fermée depuis.

L'entreprise californienne avait déjà pris du recul après n'avoir pas réussi à faire progresser le marché de l'informatique à porter. Issue de jeunes pousses rachetées, la société Basis et sa montre fitness Peak en avait notamment fait les frais fin 2016.

Concernant les lunettes connectées, Apple et Amazon développent leur propre modèle. Après l'échec de ses Google Glass, la maison-mère Alphabet avait elle recentré le produit pour une clientèle professionnelle. Mais ce sont actuellement les lunettes du fabricant new-yorkais Vuzix qui ont la cote. Dévoilé au salon CES de Las Vegas, le modèle Blade va être commercialisé ces prochains mois pour quelque 860 euros.

(L'essentiel/laf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.