En Russie

15 avril 2018 14:47; Act: 15.04.2018 14:50 Print

La justice a ordonné le blocage de Telegram

La messagerie russe Telegram a été sanctionnée pour avoir refusé de fournir aux services spéciaux (FSB) les clés permettant de lire les messages des utilisateurs.

storybild

La messagerie Telegram a refusé de collaborer avec le FSB russe.

Sur ce sujet

Un tribunal de Moscou a ordonné vendredi le blocage de la messagerie Telegram en Russie. Motif: elle a refusé de fournir aux services spéciaux (FSB) les clés permettant de lire les messages des utilisateurs. L'agence de régulation Roskomnadzor, qui avait saisi la justice, avait prévenu la veille que la décision serait mise en application «immédiatement» une fois la décision rendue. L'audience a eu lieu dans la capitale russe en l'absence de représentants de Telegram. Ces derniers avaient indiqué ne pas vouloir participer à une «farce».

L'application aux 200 millions d'utilisateurs dans le monde est connue pour offrir une confidentialité élevée et se trouve engagée dans un bras de fer depuis plusieurs mois avec les autorités russes, qui exercent une pression toujours plus forte sur Internet. L'avocat de la messagerie Pavel Tchikov a dénoncé vendredi une décision qui «démontre une nouvelle fois que la justice sert fidèlement les intérêts du pouvoir, sans se préoccuper de préserver un semblant d'apparence». Ce jugement «rapproche la Russie de pays où la haine triomphe, où l'on coupe des têtes et on fait la guerre contre le progrès et la liberté», a-t-il ajouté sur son propre compte Telegram.

Le 20 mars dernier, l'agence Roskomnadzor avait donné 15 jours à Telegram pour fournir ses clés de cryptage. «Les informations diffusées par Telegram peuvent contenir des données utilisées par des organisations terroristes et extrémistes», a déclaré vendredi à l'audience une représentante de Roskomnadzor, affirmant que cela constituait «une menace pour la fédération de Russie». La messagerie avait auparavant expliqué que les exigences des autorités étaient «inapplicables» du point de vue technique en raison justement du système très complexe de cryptage, selon lequel la messagerie n'a elle-même pas accès à certaines communications.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.