Attaques informatiques

29 novembre 2017 10:10; Act: 29.11.2017 11:56 Print

Les cybercriminels vont sévir encore plus en 2018

Après une année marquée par des attaques informatiques de grande ampleur, 2018 promet d'être faste pour les cybercriminels.

storybild

2018 promet d'être faste pour les cybercriminels. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Les cybercriminels vont développer des outils encore plus destructeurs, affirme la société de sécurité informatique McAfee dans un rapport publié mercredi. Bad Rabbit, NoptPetya, Wannacry... Ces trois logiciels de rançon ont paralysé des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde et rempli les poches des pirates informatiques. Wannacry, qui avait attaqué en mai les services de santé britanniques, des usines du constructeur automobile français Renault, les chemins de fer allemands et le gouvernement espagnol, aurait rapporté 140 millions de dollars aux maîtres chanteurs.

Mais ce n'était qu'un avant-goût, estime McAfee dans son rapport annuel sur les risques, car les cybercriminels développent de nouvelles stratégies et des «modèles économiques» pour conserver un coup d'avance sur les outils de défense. Les pirates pourraient ainsi endommager ou détruire les cibles au lieu de les bloquer. Leurs nouvelles victimes pourraient être de riches personnalités qu'ils pourraient piéger via des objets connectés, moins sécurisés que les PC ou les smartphones.

Hackers à gages

Selon McAfee, la tendance 2018 sera aussi à l'attaque utilisée «comme un service» par des hackers à gages. Les logiciels malveillants de 2017 «auraient pu être vendus à des parties cherchant à paralyser des rivaux nationaux, politiques ou commerciaux», a expliqué Raj Samani, responsable scientifique chez McAfee.

McAfee s'inquiète également du manque de sécurité des données des consommateurs, notamment celles des enfants, qui sont rassemblées et mises sur le marché par les fabricants d'outils connectés. «Les fabricants d'objets connectés à domicile et les fournisseurs de services vont tenter de rattraper leurs faibles marges en rassemblant encore plus de nos données personnelles, avec ou sans notre accord», estiment les auteurs du rapport.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • RamBo le 29.11.2017 17:57 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, le monde connecté :-)))

Les derniers commentaires

  • RamBo le 29.11.2017 17:57 Report dénoncer ce commentaire

    Eh oui, le monde connecté :-)))