Nouvelle-Zélande

07 décembre 2016 16:59; Act: 07.12.2016 17:15 Print

Photo d'identité refusée à cause des yeux «fermés»

Le site web néo-zélandais des affaires intérieures a donné du fil à retordre à un étudiant d'origine asiatique qui voulait renouveler son passeport.

storybild

Les yeux de Richard Lee ont posé problème. (dr)

Sur ce sujet

Richard Lee, 22 ans, DJ et étudiant néo-zélandais d'origine taïwanaise établi à Melbourne, en Australie, a eu quelques difficultés à renouveler son passeport. Il devait lui servir à rentrer en Nouvelle-Zélande pour les fêtes de Noël. Mais le système de reconnaissance faciale mis en place sur le site web du Département des affaires intérieures de son pays en a décidé autrement. En soumettant un cliché de son visage, le jeune homme a en effet vu s'afficher un message d'erreur des plus maladroits: «La photo que vous essayez de charger ne respecte pas nos critères parce que: les yeux du sujet sont fermés», a indiqué le logiciel qui n'a visiblement pas pris en compte les origines de Richard et ses yeux bridés.

Après plusieurs tentatives vaines, l'étudiant en ingénierie a appelé le bureau des passeports qui lui a expliqué qu'il y avait un problème d'ombre dans ses yeux et de luminosité inégale sur son visage. Un ultime essai avec un autre cliché lui a finalement permis d'atteindre son but, rapporte Channel News Asia.

Un porte-parole du ministère de l'intérieur a précisé que le logiciel a simplement renvoyé un message d'erreur générique: «Le défaut le plus répandu parmi les photos envoyées est justement le fait d'avoir les yeux fermés sur le cliché». Il explique encore que 20% des photos soumises sont rejetées pour cette raison.

«La technologie devient raciste»

Richard Lee n'est pas rancunier et prend la chose avec philosophie. «C'était automatisé, il n'y a pas de problème. Mon passeport a été renouvelé au bout du compte.» Amusé, il a même publié sur Facebook l'image de sa photo de passeport refusée, ainsi qu'un cliché humoristique dans laquelle on le voit avec des yeux retouchés et la légende: «J'espère qu'ils vont accepter celle-là.»

Les internautes n'ont eux pas tous été aussi compréhensifs. «La technologie devient raciste», a commenté l'un de ceux qui ont cherché à faire remarquer aux autorités que les yeux de Richard étaient bel et bien ouverts.

(L'essentiel/man)