En Chine

22 février 2017 09:39; Act: 22.02.2017 14:38 Print

Une app de «maquillage virtuel» fait fureur

Meitu, une application qui vous refait le portrait, est utilisée par 450 millions de Chinois et est désormais valorisée 4,2 milliards d'euros.

storybild

Meitu a retouché six milliards de photos sur le seul mois d'octobre 2016. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Sous les platanes du vieux Shanghai, la jeune Hu Dongyuan se prend en photo avec son smartphone avant «d'embellir» son portrait avec Meitu. L'appli permet d'éclaircir la peau, de corriger les imperfections et d'agrandir les yeux en les rendant plus ronds, vieux fantasmes des Chinoises. Ces options ne sont pas proposées par les concurrents étrangers Instagram et Snapchat, où seul l'ajout de filtres et d'autocollants est possible.

Résultat: Meitu fait partie des applications les plus populaires en Chine. Quelque 700 millions de Chinois surfent sur Internet via leur smartphone et un grand nombre d'entre eux utilisent des logiciels permettant de retoucher leur apparence. «C'est comme les habits ou le maquillage. Ce sont des moyens pour les gens de soigner leur présentation», explique Hu Dongyuan. Cette employée d'une agence de voyage voit Meitu comme une alternative gratuite à la chirurgie esthétique.

Meitu («Belle image» en chinois) s'est lancée à la Bourse de Hong Kong en décembre. Une opération qui a permis de valoriser la compagnie à 4,5 milliards de dollars (4,2 milliards d'euros) - soit un quart par exemple de celle du géant français de l'électricité EDF. «Ils ont vraiment réussi à comprendre les canons de beauté des jeunes Chinois», souligne William Chou, expert d'Internet pour le cabinet Deloitte en Chine. «Le partage de photos est un phénomène mondial, mais la Chine est sans conteste le leader planétaire dans ce domaine».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.