Au Japon

15 mai 2020 13:11; Act: 15.05.2020 15:00 Print

À 17 ans, il défend le droit de jouer aux jeux vidéo

Les autorités politiques peuvent-elles décider du temps passé par des enfants sur les écrans? Non, estime un adolescent japonais qui a décidé de se battre en justice.

storybild

Le Japon veut mettre en place une sorte de couvre-feu numérique, en interdisant l'usage du smartphone après 21h, aux enfants de 12 à 15 ans, après 22h à ceux de 15 à 18 ans. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un adolescent japonais a décidé de se battre en justice pour défendre son droit à jouer aux jeux vidéo autant qu'il le souhaite. Âgé de 17 ans, Wataru a en effet choisi de contester au plan judiciaire, avec le soutien de sa mère et d'un avocat, une décision de la préfecture de Kagawa (ouest) visant à limiter le temps consacré à cette activité ludique par les enfants à 60 minutes quotidiennes les jours de classe, 90 minutes pendant les vacances.

Dans le cadre de cette réglementation, qui n'est pas contraignante, ces responsables locaux veulent également mettre en place une sorte de couvre-feu numérique en interdisant l'usage du smartphone après 21h aux enfants de 12 à 15 ans, après 22h à ceux de 15 à 18 ans.

Une «idée préconçue»

«Le temps que les enfants peuvent passer à jouer ou sur un smartphone relève des règles familiales, ce n'est pas du ressort du gouvernement», fait valoir Wataru, pour expliquer son action, «je pense qu'il n'est pas normal qu'une autorité administrative intervienne dans la vie des familles». Si le jeune homme assure ne pas être un joueur compulsif, il explique en revanche avoir été privé d'accès, à cause de ces nouvelles mesures, à des serveurs en ligne sur lesquels il tentait de se connecter après 22h.

Pour lui, ces lignes directrices ne reposent sur «aucune réalité scientifique. Elles s'appuient sur l'idée préconçue que le jeu vidéo provoque forcément un comportement addictif et pousse à l'absentéisme». «Pourtant, ça peut être totalement l'inverse, l'absentéisme peut être lié à des problèmes à l'école par exemple et, pour certains, jouer est alors le seul moyen de trouver une forme d'apaisement», ajoute Wataru. L'adolescent n'est pas seul dans son combat: près de 600 personnes ont signé une pétition contre ces règles.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • mouscor69 le 15.05.2020 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est malin celui là les jeux vidéo sa fait du bien à tous le monde .

Les derniers commentaires

  • mouscor69 le 15.05.2020 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il est malin celui là les jeux vidéo sa fait du bien à tous le monde .