Armes autonomes

22 août 2019 10:09; Act: 22.08.2019 12:02 Print

Les géants de la tech dans le viseur de la PAX

Le rôle d'Amazon, Microsoft et Intel est pointé du doigt dans le développement des armes autonomes grâce à l'intelligence artificielle.

storybild

Amazon, Microsoft et Intel sont pointés du doigt. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les américains Amazon, Microsoft et Intel font partie des géants technologiques qui pourraient mener une gigantesque course aux armements dans le secteur de l'intelligence artificielle, selon un rapport d'une ONG sur les armes de destruction autonomes. L'organisation néerlandaise PAX a sondé les principaux acteurs de ce secteur hautement stratégique et a classé 50 entreprises selon trois critères: développent-elles des technologies permettant de créer des «robots tueurs»? Travaillent-elles sur des projets militaires liés à ces technologies? Ont-elles promis de s'abstenir d'y contribuer dans le futur?

L'usage de l'intelligence artificielle pour permettre à des systèmes d'armement de choisir automatiquement et d'attaquer des cibles a provoqué d'importants débats éthiques au cours des dernières années. Pour certains critiques, on pourrait même assister à la troisième révolution de l'art de la guerre après les inventions de la poudre et de la bombe nucléaire.

«Armes hautement controversées»

«Pourquoi est-ce que les entreprises comme Microsoft et Amazon ne nient pas qu'elles sont actuellement en train de développer ces armes hautement controversées qui pourraient décider d'elles-mêmes de tuer, sans implication humaine?», demande Frank Slijper, principal auteur du rapport publié lundi. Vingt-deux entreprises représentent une «inquiétude moyenne» pour les auteurs du rapport, dont l'analyse se porte sur 12 pays à travers le monde. Parmi elles, le japonais SoftBank, notamment connu pour son robot humanoïde Pepper.

La catégorie «haute inquiétude» compte 21 entreprises, dont Amazon et Microsoft, qui essaient tous les deux de passer un contrat avec le Pentagone pour fournir à l'armée américaine l'infrastructure de son «cloud» (service de stockage de données en ligne). «Les armes autonomes deviendront inévitablement des armes de destruction massives», prédit à l'AFP Stuart Russell, professeur de sciences informatiques à l'université californienne de Berkeley. «Des travaux sont actuellement entrepris pour que tout ce qui constitue actuellement une arme - chars, avions de chasse, sous-marins - ait sa version autonome», ajoute-t-il.

Pas de consensus

Google et six autres entreprises sont dans la catégorie «bonne pratique». L'année dernière, Google a renoncé à candidater pour le contrat du Pentagone sur le «cloud», car il pourrait être en contradiction avec ses «principes» en matière d'intelligence artificielle. Le géant californien avait expliqué ne pas vouloir s'impliquer dans des «technologies qui sont ou pourraient être nocives» et «des armes ou d'autres technologies dont le but principal ou la mise en œuvre causeraient ou faciliteraient l'atteinte physique aux personnes».

Mardi, aux Nations unies à Genève, un panel d'experts gouvernementaux a débattu des options politiques pour encadrer les armes autonomes, même s'il s'est avéré jusqu'ici très difficile de parvenir à un consensus autour de cette question. Selon le rapport de l'ONG PAX, des employés de Microsoft ont également signalé leur opposition à un contrat avec l'armée américaine concernant des lunettes de réalité augmentée HoloLens destinées à l'entraînement et au combat.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • denalen le 22.08.2019 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    on a quand même bien vu dans les media des ex employés gougueul qui ont pourtant explicitement dénoncé le fait qu'ils travaillaient bien dans un département de R&D pour l'armée. La catégorie "bonne pratique" fait doucement sourire...

Les derniers commentaires

  • denalen le 22.08.2019 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    on a quand même bien vu dans les media des ex employés gougueul qui ont pourtant explicitement dénoncé le fait qu'ils travaillaient bien dans un département de R&D pour l'armée. La catégorie "bonne pratique" fait doucement sourire...

    • Terminator le 22.08.2019 21:33 Report dénoncer ce commentaire

      En Belgique il y a ou avait un provider qui s appelait skynet. Ca ne vous rappel rien. Les multinationales comme celles ci seront ou sont déjà plus puissantes que beaucoup d états.