Patron de Twitter

14 janvier 2021 16:56; Act: 14.01.2021 18:15 Print

Bannir Trump crée un précédent «dangereux»

Jack Dorsey estime que bannir Donald Trump de Twitter était la bonne décision mais constitue un «échec» et «établit un précédent» qui lui semble dangereux.

storybild

Le patron et fondateur du célèbre réseau social a fait part de ses réflexions mercredi. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je ne ressens aucune fierté à l’idée que nous ayons dû bannir @realDonaldTrump», a tweeté mercredi le patron de Twitter, Jack Dorsey, dans une série de messages où il revient sur la décision du réseau social d’exclure indéfiniment le président sortant des États-Unis pour avoir encouragé les violences du Capitole. C’est un «échec de notre part à promouvoir une conversation saine» et ce genre de mesures «nous divise». «Elles limitent les possibilités d’expliquer, de se racheter, d’apprendre», a-t-il poursuivi.

Twitter était le principal outil de communication du milliardaire républicain, qui s’en servait au quotidien pour s’adresser directement à ses 88 millions d’abonnés. Il a aussi été suspendu de Facebook, Snapchat, Twitch, et, depuis mardi, de YouTube pour une semaine.

Mais la décision de Twitter est de loin la plus emblématique. L’ostracisation du chef d’État a été saluée par de nombreux élus, mais elle a aussi suscité des critiques d’associations et de dirigeants, comme la chancelière Angela Merkel, inquiets du pouvoir des entreprises technologiques.

«Je ne crois pas que c’était coordonné»

«Cela établit un précédent qui me semble dangereux: le pouvoir qu’un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale», admet Jack Dorsey, dans ce monologue introspectif. Il souligne que l’équilibre du pouvoir était respecté tant que «les gens pouvaient simplement aller sur un autre service, si nos règles et notre application des règles ne leur convenaient pas».

Mais «ce concept a été remis en cause la semaine dernière quand un certain nombre de fournisseurs essentiels d’outils sur Internet ont aussi décidé de ne pas héberger ce qu’ils trouvaient dangereux», reconnaît-il. «Je ne crois pas que c’était coordonné. Plus probablement: les sociétés sont arrivées à leurs propres conclusions ou ont été encouragées par les actions des autres».

En plus de sa mesure phare, Twitter a supprimé ce week-end 70 000 comptes affiliés à QAnon, une mouvance complotiste pro-Trump, impliquée dans l’invasion du Capitole qui a perturbé la cérémonie de certification de la victoire de Joe Biden, mercredi dernier.

«Stop the steal»

Quand Donald Trump a tenté vendredi de répliquer à la suspension de son compte personnel via le compte officiel POTUS (président des États-Unis), à l’attention des «75 millions de patriotes» qui ont voté pour lui, ses messages ont immédiatement été retirés par le réseau social. «Utiliser un autre compte pour éviter la suspension est contre nos règles», avait alors expliqué un porte-parole de la société.

Facebook a de son côté entrepris de retirer tous les messages liés au slogan «Stop the steal» (Stop au trucage des élections), répandu par le président et ses fans depuis des mois.

Google et Apple ont exclu le réseau social Parler de leurs plateformes de téléchargement d’applications. Amazon a enfoncé le clou en évinçant de ses serveurs le réseau conservateur, prisé des soutiens de Donald Trump, ce qui revient à le chasser d’Internet.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Jingsa le 14.01.2021 17:48 Report dénoncer ce commentaire

    Votre introspection vient un peu tard. Les Big Compagny ont museler le président de la 1er puissance mondiale. Pour rappel cela représente 77 Millions d’électeurs que vous privez de communication. Vous avez créé un précédent qui va laisser dans traces et peut être créer une certaine révolte.

  • censure globale le 14.01.2021 20:12 Report dénoncer ce commentaire

    Twitter décidera à l'avenir si vous êtes politiquement correct ou pas.

  • chris le 14.01.2021 20:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voilà ! Aucun contre pouvoir. Démocratie ?

Les derniers commentaires

  • LutherPasKing le 15.01.2021 13:01 Report dénoncer ce commentaire

    "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire". C'était il y a longremps, du temps des Lumières. Maintenant on a fait des "progrès". A méditer

  • Demokratt le 15.01.2021 12:34 Report dénoncer ce commentaire

    La liverté d'expression devrait être respectée, ou plus exactement rétablie. C'est un fondement de la démocratie et de la culture occidentale. On en est arrivé au stade où un produit cosmétique blanchissant est "raciste". Même citer un extrait d'un livre "sacré" d'une religion est "raciste" alors qu'une religion n'est ni une couleur de peau ni une ethnie (mais un choix, une opinion) et que citer un texte est purement factuel. De fait il n'y a plus de démocratie en Europe. Si on est pas d'accord avec certaines idées, on devrait les contredire, les réfuter, pas les censurer.

  • Grandeur et Décadence le 15.01.2021 11:29 Report dénoncer ce commentaire

    La liberté c'est pas de censure ni modération, les gens sont capables de juger par eux-mêmes. Quoi, la prochaine étape c'est des lieux de paroles avec des censeurs d'état pour chaque conversation? Des appareils connectés chez soi reliés à une centrale d'écoute qui distribuera des bons points et des pénalités?

  • LEONIDAS le 15.01.2021 10:01 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Monsieur Trump ! Nous attendons votre retour dans 4 ans !!!!

    • La saison 4 des élections US arrive le 15.01.2021 10:40 Report dénoncer ce commentaire

      Très probablement avant, vu que Biden est désormais mis en accusation en Ukraine, et que Trump déclassifie les documents de l'ObamaGate. Ca va secouer dans les prochains jours, et dès le 21 janvier il y aura un dépot de projet de lancement d'une procédure de destitution à la Chambre de Biden.

    • Sandro le 15.01.2021 11:12 Report dénoncer ce commentaire

      Il faudrait que l'Europe se rapproche beaucoup plus de Vladimir. Laissons les Américains jouer leur jeu, c'est vraiement l'école maternelle ce qui se passe à Washington.

  • sad truth le 15.01.2021 08:57 Report dénoncer ce commentaire

    Les Etats-Unis -> premier exportateur de démocratie dans le monde et pourtant ... difficilement qualifiable de démocratique à domicile ...

    • Jos A. le 15.01.2021 11:13 Report dénoncer ce commentaire

      Démocratie ? Ce n'est qu'une façade, mon cher !