Astronautique

26 octobre 2021 18:16; Act: 26.10.2021 18:20 Print

Blue Origin veut sa propre station spatiale

La société de Jeff Bezos et la firme Sierra Space ont dévoilé les plans d’Orbital Reef, un projet commun de «parc commercial» pouvant accueillir jusqu’à dix personnes en orbite.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les sociétés Blue Origin et Sierra Space ont annoncé lundi vouloir construire une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à dix personnes, avec pour but qu’elle soit opérationnelle durant «la deuxième moitié de la décennie». Baptisée «Orbital reef», elle est décrite comme un «parc commercial» destiné à accueillir de multiples clients.

«Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place» à bord, ont énuméré les entreprises dans un communiqué. Ce nouveau projet est un signe supplémentaire de la course effrénée pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse. Blue Origin, qui a le milliardaire Jeff Bezos pour patron, a déjà des activités dans le tourisme spatial avec sa fusée New Shepard.

«Depuis plus de six décennies, la NASA et d’autres agences spatiales ont développé des vols orbitaux et un habitat dans l’espace, nous mettant sur la voie pour que les entreprises privées prennent leur essor cette décennie», a déclaré dans un communiqué Brent Sherwood, responsable chez Blue Origin. «Nous allons étendre l’accès, faire baisser les coûts.»

À 500 km d’altitude

Plusieurs entreprises seront partenaires du projet, notamment Boeing, qui sera en charge du module scientifique et fournira le moyen de transport vers cette station: la capsule Starliner, toujours en phase de test actuellement.

La station évoluera à 500 km d’altitude – soit un peu plus haut que l’actuelle Station spatiale internationale (ISS) – et mesurera 830 m3, soit «presque autant» que l’ISS. L’architecture de la station sera «centrée sur l’humain», avec de «larges fenêtres», ont promis Blue Origin et Sierra Space. Cette dernière entreprise, filiale de Sierra Nevada Corporation, a notamment imaginé un module d’habitation gonflable.

«En tant qu’ancienne astronaute de la NASA, j’ai attendu depuis longtemps le moment où travailler et vivre dans l’espace serait accessible à davantage de gens dans le monde, et ce moment est arrivé», a déclaré Janet Kavandi, présidente de Sierra Space.

D’autres sociétés prévoient de construire leur station spatiale. Axiom Space a annoncé de longue date vouloir construire la sienne, qui sera d’abord rattachée à l’ISS avant de prendre son autonomie. Et la semaine dernière, la société Nanoracks, en collaboration avec les entreprises Lockheed Martin et Voyager Space, a annoncé vouloir construire une station commerciale nommée Starlab, qui devra être opérationnelle à partir de 2027.

Privatiser l’orbite basse

L’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024 et, d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028. Le patron de l’agence spatiale américaine, Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Mais la NASA encourage fortement la privatisation de l’orbite basse, espérant ainsi faire des économies et pouvoir se concentrer sur les missions d’exploration plus lointaines.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Oui mais le 27.10.2021 13:26 Report dénoncer ce commentaire

    Juste marre de l'assistanat continu, pour les gens qui meurent de faim aux 4 coins du monde qu'ont leur donne donne juste le moyen de vivre chez eux! mais ça personne ne le désire...

  • michelle/drui le 27.10.2021 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les populations meurent de faim sur terre et l'argent des multinationales va dans l'espace pour créer des "parc commercial". Mais qu'est ce qui ne tourne pas rond chez ces personnes?

Les derniers commentaires

  • Oui mais le 27.10.2021 13:26 Report dénoncer ce commentaire

    Juste marre de l'assistanat continu, pour les gens qui meurent de faim aux 4 coins du monde qu'ont leur donne donne juste le moyen de vivre chez eux! mais ça personne ne le désire...

  • michelle/drui le 27.10.2021 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Les populations meurent de faim sur terre et l'argent des multinationales va dans l'espace pour créer des "parc commercial". Mais qu'est ce qui ne tourne pas rond chez ces personnes?

    • Lucide le 27.10.2021 10:29 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pourtant simple,, contrairement a un "parc commercial", les populations qui meurent de faim ne raportent pas d'argent.