En Chine

18 juillet 2018 07:48; Act: 18.07.2018 09:51 Print

Comme sur des roulettes, le robot livreur débarque

En Chine, des petits robots autonomes sur roues, équipés de GPS, de caméras et de radars commencent à livrer colis, courses et repas aux destinataires.

storybild

À Pékin, ces engins cubiques jaunes et noirs de la taille d'une petite machine à laver, parcourent depuis quelques jours les allées de la cité résidentielle «Kafka», sous le regard étonné des passants. (photo: AFP/Greg Baker)

Sur ce sujet

Ils sont prêts à remplacer les livreurs en chair et en os. En Chine, des petits robots autonomes sur roues, équipés de GPS, de caméras et de radars commencent à livrer colis, courses et repas aux destinataires. À Pékin, ces engins cubiques jaunes et noirs de la taille d'une petite machine à laver, parcourent depuis quelques jours les allées de la cité résidentielle «Kafka», sous le regard étonné des passants. À une vitesse d'environ 3 km/h, ils acheminent boissons, fruits ou chips depuis une supérette attenante.

«Le point faible, c'est qu'ils ne peuvent pas livrer directement à la porte de l'appartement comme les livreurs humains», déclare à l'AFP une cliente ravie, qui vient de réceptionner un sachet de noix de cajou dans ce quartier de la grande banlieue est de la capitale chinoise. «Mais ça reste pratique. Le robot livre relativement rapidement». Comment ça marche? Via une application sur smartphone, le consommateur sélectionne les produits à livrer, indique son adresse, puis paie en ligne. L'employé de la supérette place la marchandise dans le robot, qui arrive en 3 ou 4 minutes au pied des immeubles situés à environ 200 mètres.

«Les livreurs humains ne seront pas assez nombreux»

Le destinataire, sur son téléphone, n'a plus qu'à cliquer sur un lien pour déclencher l'ouverture du coffre et récupérer sa commande. En Chine, plus grand marché mondial du commerce en ligne, 52% des habitants font un achat via smartphone au moins une fois par semaine, selon une étude du cabinet d'audit PwC, contre 14% ailleurs dans le monde. Un phénomène dopé par l'exceptionnel boom du paiement mobile, beaucoup plus développé qu'en Occident. Les Chinois n'ont qu'à tapoter sur leur smartphone pour se faire livrer à domicile, parfois dans la journée, d'innombrables articles: vêtements, produits électroniques, papier-toilette, mais aussi aliments - des avocats aux steaks, en passant par les crevettes surgelées.

«À l'heure actuelle, 100 millions de colis sont livrés chaque jour en Chine. Ils devraient être un milliard à l'avenir», souligne Liu Zhiyong, PDG et fondateur de Zhen Robotics, l'entreprise qui fabrique les robots livreurs, dénommés «Petits chevaux jaunes». «Les livreurs humains ne seront pas assez nombreux. Il faudra donc de plus en plus de robots pour combler le manque de main-d’œuvre. Et aussi pour réduire les coûts», dit-il. Ceux-ci sont particulièrement élevés sur le dernier kilomètre de livraison, celui où un service individualisé est nécessaire pour arriver jusqu'à la porte du client.

Munis de six roues, hauts d'environ un mètre, les «Petits chevaux jaunes» pèsent 30 kilos, évoluent à la vitesse maximale théorique de 12 km/h et peuvent fonctionner 24 heures sur 24. Ils sont équipés de quatre caméras (pour visualiser leur environnement), d'un radar et d'un système de télédétection par laser (pour se positionner et éviter les piétons et les obstacles). Pour l'instant, les robots n'en rencontrent pas beaucoup: ils n'ont qu'à longer un large trottoir peu encombré et passer la porte du complexe résidentiel - une zone fermée où ne circule aucune voiture.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le début de la faim ! le 18.07.2018 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ca me rappelle un épisode de Black Mirror

  • ladeux le 18.07.2018 18:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont assuré tous risques ?

Les derniers commentaires

  • ladeux le 18.07.2018 18:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont assuré tous risques ?

  • Le début de la faim ! le 18.07.2018 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ca me rappelle un épisode de Black Mirror