Sites de rencontres

13 février 2020 17:11; Act: 13.02.2020 17:21 Print

Des applications «modélisées sur des souris»

Opacité et addiction: les dessous des algorithmes des «dating apps» sont décryptés par une experte.

storybild

«Quand on se connecte sur une application de rencontres, les profils que l'on voit sont sélectionnés pour nous». (photo: AFP/joe Raedle)

Sur ce sujet
Une faute?

De plus en plus de personnes sont amenées à rencontrer leur partenaire sur des sites de rencontres - déjà près de 30% des Américains. Une mise en relation qui passe par l'évaluation, l'opacité, l'addiction, explique Judith Duportail, auteure du livre «l'Amour sous algorithme».

Est-on vraiment libre de ses choix sur les sites de rencontres?

Judith Duportail: «Quand on se connecte sur une application de rencontres, les profils que l'on voit sont sélectionnés pour nous. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Mais j'ai découvert lors de mon enquête sur Tinder que l'on y était évalué selon un niveau de «désirabilité», notre niveau d'études et notre niveau de revenus, pour ensuite être montré à certains profils et pas à d'autres. Le système de matching de Tinder, sous brevet, était un système de classement où l'application fait en sorte de créer des paires ou des «matches» où l'homme est supérieur à la femme. Il présentait aux femmes des profils d'hommes soit plus âgés, soit ayant fait plus d'études, soit ayant davantage d'argent».

(NDLR: Tinder dit avoir abandonné ce système de classement ou «Elo score». Sur un blog publié après la parution du livre, l'entreprise assure qu'un facteur déterminant est la «proximité géographique»)

En quoi connaître la recette de l'algorithme est-il important?

«Quand on voit les projections effectuées par les spécialistes, à terme, une majorité des couples se rencontreront dans le monde de demain via des applications. La manière dont seront calibrés ces algorithmes va déterminer qui vous allez rencontrer, qui vous avez le droit d'aimer, de toucher. Cela a des conséquences immenses.

Quand vous buvez du Coca-Cola, la recette est secrète mais il y a quand même une autorité qui est allée vérifier que cela n'allait pas vous empoisonner. Dans le cas des algorithmes des applications de rencontres, absolument personne n'est allé vérifier que cela respecte l'égalité entre les hommes et les femmes, entre les Noirs et les Blancs, entre les homosexuels et les hétérosexuels. Ou que cela respecte notre dignité tout simplement».

Ces applications cherchent aussi à garder le plus longtemps possible leurs clients, comment font-elles?

«Elles utilisent notamment le mécanisme de la récompense aléatoire pour créer des addictions. C'est le même que sur Facebook et Instagram. Ce mécanisme a été modélisé sur des souris. On prend plusieurs souris et on leur donne plusieurs leviers: un levier, quand elles l'actionnent, leur donne de l'eau ou à manger, un deuxième levier ne donne rien et un troisième est aléatoire, elles ne savent pas ce qu'elles auront. Quand on ne sait pas ce qu'il y a derrière le levier, vous y retournez sans cesse. C'est le mécanisme des machines à sous. C'est diablement efficace pour notre cerveau. À chaque fois que vous rallumez l'appli il y a un «peut-être». Aujourd'hui l'utilisateur moyen de Tinder y passe 45 minutes par jour».

Que font ces applis avec nos données?

«Vos informations personnelles peuvent être partagées avec des partenaires commerciaux et publicitaires. L'ONG allemande Tactical Tec a enquêté: il existe des sites qui achètent des données des applications de dating. Sur des sites comme usdate.org, on peut racheter des listes de personnes, selon le profil. Ce sont des données très intimes avec une valeur émotionnelle forte. Par exemple des personnes toujours rejetées sur des sites de dating, vous savez que ces personnes là seront particulièrement vulnérables à un type de marketing qui viendra appuyer sur cette corde-là. Ce sont des arguments commerciaux qui se vendent cher».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Immoral le 13.02.2020 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    content d’être vieux et loin de tout ça..

  • Moral le 14.02.2020 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas tous les vieux sont vieux.

Les derniers commentaires

  • Moral le 14.02.2020 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas tous les vieux sont vieux.

  • Immoral le 13.02.2020 17:27 Report dénoncer ce commentaire

    content d’être vieux et loin de tout ça..

    • Léopold V. le 15.02.2020 12:00 Report dénoncer ce commentaire

      Oh oui, moi aussi. On a encore osé parler ouvertement à une femme, pas besoin d'être caché derrière un écran. Pauvre génération. Mais Einstein l'avait bien prédit.