Internet

09 octobre 2015 10:18; Act: 09.10.2015 15:35 Print

Facebook décline son bouton «j'aime»

Le réseau social va tester à partir de vendredi en Irlande et en Espagne l'élargissement des réactions aux messages publiés par les utilisateurs.

storybild

Six nouvelles options seront accolées au bouton «j'aime». (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les gens vont sur Facebook pour partager toutes sortes de choses, que ce soit des nouvelles heureuses, tristes, drôles ou cherchant à provoquer la réflexion (...). Voilà pourquoi nous testons "Réactions", une extension du bouton like, pour donner (aux utilisateurs) plus de manières de partager (leurs) réactions à un message sur Facebook», a déclaré un porte-parole de Facebook, sans préciser la durée du test.

Six nouvelles options seront accolées au bouton «j'aime»: «love» (j'adore), «haha», «yay» (exprimant le contentement), «wow», «sad» (triste), «angry» (en colère), toutes représentées par une émoticône. Pressé depuis des années d'ajouter un bouton «j'aime pas», Facebook avait annoncé mi-septembre être en train de travailler sur la question. «Nous vous avons enfin entendu», avait alors déclaré le PDG-fondateur du groupe, Mark Zuckerberg. «Il est important de donner aux gens davantage d'options que juste "j'aime" pour rapidement marquer des émotions et partager leurs sentiments sur une publication».

Ciblage publicitaire

Toutefois, «nous ne voulions pas seulement construire un bouton "j'aime pas" parce que nous ne voulons pas transformer Facebook en un forum où les gens votent pour ou contre les publications des gens», avait-il souligné. Le bouton «j'aime» permet aussi au réseau d'identifier et de proposer à ses utilisateurs du contenu qu'ils sont susceptibles d'aimer et de faire du ciblage publicitaire, ce à quoi pourraient également servir les nouvelles émotions.

«Si vous aimez le contenu humoristique et que vous dites «haha» à des vidéos drôles de chats, nous pourrions l'utiliser pour vous proposer plus de vidéos de chats mais pas pendant la phase de test», a expliqué Chris Toss, responsable produit chez Facebook, à la radio irlandaise RTE.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ou va le monde le 10.10.2015 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bizare il n'y a pas le bouton dislike

  • RamBo le 09.10.2015 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    "J'aime", "haha", mais êtes-vous tous tellement enfantins ?

  • polux le 11.10.2015 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    ben il est pas prêt de le mettre le bouton j'aime pas.....quand il dit qu'il nous a entendu, il se fout de nous il vient juste de trouver une parade pour éviter le bouton j'aime pas que beaucoup pourrait utiliser contre facebook et ses publicités intepestives....

Les derniers commentaires

  • polux le 11.10.2015 10:24 Report dénoncer ce commentaire

    ben il est pas prêt de le mettre le bouton j'aime pas.....quand il dit qu'il nous a entendu, il se fout de nous il vient juste de trouver une parade pour éviter le bouton j'aime pas que beaucoup pourrait utiliser contre facebook et ses publicités intepestives....

  • Ou va le monde le 10.10.2015 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bizare il n'y a pas le bouton dislike

  • RamBo le 09.10.2015 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    "J'aime", "haha", mais êtes-vous tous tellement enfantins ?