Aux États-Unis

19 septembre 2018 16:07; Act: 19.09.2018 16:23 Print

Facebook est accusé de discrimination

Une plainte a notamment été déposée contre le réseau social, en raison de son système de pub qui permet de diffuser des offres d'emploi ciblées selon le genre ou l'âge.

storybild

Certaines offres d'emploi de la plateforme de Facebook seraient diffusées uniquement auprès de jeunes hommes. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Facebook est accusé aux États-Unis de discrimination, en raison de son système de publicité qui permet de diffuser des offres d'emploi ciblées selon le genre ou l'âge, a-t-on appris mercredi. Une plainte a notamment été déposée mardi par la puissante Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), au nom de trois femmes en recherche d'emploi et d'un groupe de «milliers» d'utilisateurs représentés par des syndicats. Selon eux, certaines offres d'emploi de la plateforme de Facebook sont diffusées uniquement auprès de jeunes hommes, ce qui prive les femmes de la possibilité de postuler à des emplois de conductrice de poids lourd par exemple, ou de mécanicienne, mais exclut également des hommes plus âgés.

Dix sociétés qui utilisent la plateforme sont également visées par la plainte qui accuse donc Facebook de laisser les employeurs faire des publicités basées sur le genre et l'âge, ce qui est illégal aux États-Unis. «Je ne devrais pas être privée de l'opportunité de voir une offre d'emploi juste parce que je suis une femme», a déploré Bobbi Spees, l'une des trois femmes citées dans la plainte. Le porte-parole de Facebook Joe Osborne a assuré dans un communiqué à CNNMoney que la société ne tolérait aucune discrimination. «C'est strictement interdit par nos politiques et l'an dernier nous avons renforcé nos systèmes pour les protéger de mauvais usages», a-t-il ajouté.

L'ACLU a concédé que les plateformes en ligne comme Facebook ne sont en général pas responsables du contenu publié par des tiers. «Mais, dans ce cas, Facebook fait davantage que simplement publier du contenu créé par d'autres. Il a construit l'architecture de ce cadre marketing discriminant, l'a mis en place, a encouragé les employeurs à l'utiliser et fourni le service de publicité», estime l'association. Le ministère américain du Logement a accusé en août Facebook d'enfreindre la loi en laissant des agences immobilières ou des propriétaires utiliser son système de publicité ciblée de manière à exclure certains acheteurs ou locataires potentiels. Le plus gros réseau social au monde avait alors supprimé 5 000 options de son programme de publicité ciblée, afin d'empêcher la discrimination raciale ou religieuse.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • FullmétalJF le 19.09.2018 18:06 Report dénoncer ce commentaire

    La vie en société entraîne d'inévitables discriminations à tous les niveaux. Vouloir les supprimer par décret équivaut à instaurer un état de type totalitaire, ce qui est hélas en train de se réaliser. Un exemple: vous êtes propriétaire d'un appartement. Sur le fond, il est logique que vous songiez à louer votre bien à quelqu'un qui vous convient sans devoir justifier votre choix devant qui que ce soit. Affirmer l'inverse équivaut à contester à d'honnêtes citoyens leurs droits légitimes.

Les derniers commentaires

  • FullmétalJF le 19.09.2018 18:06 Report dénoncer ce commentaire

    La vie en société entraîne d'inévitables discriminations à tous les niveaux. Vouloir les supprimer par décret équivaut à instaurer un état de type totalitaire, ce qui est hélas en train de se réaliser. Un exemple: vous êtes propriétaire d'un appartement. Sur le fond, il est logique que vous songiez à louer votre bien à quelqu'un qui vous convient sans devoir justifier votre choix devant qui que ce soit. Affirmer l'inverse équivaut à contester à d'honnêtes citoyens leurs droits légitimes.

    • Donnie Dogood le 20.09.2018 11:07 Report dénoncer ce commentaire

      On loue à celui qui paye le plus cher!