Décision européenne

03 octobre 2014 12:54; Act: 03.10.2014 16:29 Print

Facebook reçoit le feu vert pour racheter WhatsApp

La Commission européenne a accepté la fusion des deux sociétés. Elle a estimé que ce rachat n'entravera pas le jeu de la concurrence sur le marché des applications de communication.

storybild

WhatsApp compte environ 600 millions d'utilisateurs tandis que Facebook, premier réseau social au monde, compte quelque 1,3 milliard de membres actifs. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La Commission européenne a donné vendredi son feu vert sans condition au rachat de WhatsApp par Facebook pour 19 milliards de dollars . L'enquête de la Commission, gardienne de la concurrence en Europe, «a montré que l'entité fusionnée continuerait d'être confrontée à une concurrence suffisante», selon un communiqué publié à Bruxelles. «Même si Facebook Messenger et WhatsApp sont deux des applications les plus populaires, la plupart des gens n'utilisent pas une seule application de communication, mais plusieurs», explique dans un communiqué le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia.

«Nous avons examiné ce projet d'acquisition avec beaucoup de soin et nous sommes parvenus à la conclusion qu'il n'entraverait pas le jeu de la concurrence sur ce marché dynamique et en pleine expansion». Cette expansion se caractérise par des «cycles d'innovation courts qui bousculent souvent les positions sur le marché», explique ainsi la Commission. Parmi les applications concurrentes figurent notamment Line, Viber, iMessage, Telegram, WeChat et Google Hangouts.

Facebook avait annoncé en février son intention de racheter WhatsApp pour 19 milliards de dollars. L'opération avait obtenu le feu vert des autorités américaines de la concurrence en avril. Le réseau social avait sollicité la Commission européenne pour qu'elle examine en direct cette fusion. Par cette démarche, selon la presse, le géant américain tablait sur une «approche plus neutre» du dossier que les autorités nationales de la concurrence, confrontées localement au lobbying de groupes de télécommunications notamment.

(L'essentiel/AFP)