États-Unis

25 octobre 2020 08:43; Act: 26.10.2020 14:59 Print

Facebook refuse l'étude du ciblage à des fins politiques

Un projet universitaire destiné à savoir comment «les pubs politiques sont ciblées» sur Facebook, n’est pas du goût du géant californien des réseaux sociaux.

storybild

Laura Edelson chercheuse du NYU Ad Observatory ("observatoire de la publicité") n’entend pas se plier à la demande de Facebook. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Facebook a demandé à l’université de New York (NYU) de mettre fin à un projet de recherche sur ses pratiques en termes de ciblage des publicités politiques. Le groupe a invoqué une violation de son réglement sur la collecte de données des utilisateurs.

«Il y a une semaine, Facebook m’a envoyé une lettre pour nous demander de retirer (l’extension) AdObserver et de supprimer nos données», a tweeté vendredi, Laura Edelson, chercheuse du NYU Ad Observatory ("observatoire de la publicité"). Elle a ajouté qu’elle ne se plierait pas à cette requête.

À dix jours des élections américaines, le géant des réseaux sociaux est plus que jamais scruté et critiqué pour son rôle dans la campagne. Les outils mis à disposition sur Facebook permettent en effet aux différents groupes politiques d’influencer des électeurs.

Non conforme aux règles de Facebook

«Le public a le droit de savoir comme les pubs politiques sont ciblées», poursuit Laura Edelson. L’extension ("plugin") peut être installée sur un navigateur Internet et copie les publicités vues sur Facebook dans une base de données publique, à des fins de transparence et de recherche sur le ciblage publicitaire. Il est alors possible de voir quels profils sont visés par les types d’annonces.

«Nous avons informé NYU il y a des mois qu’un projet de récolte des informations Facebook enfreignait nos règles» a répondu Joe Osborne, un porte-parole du groupe.

«Notre bibliothèque publicitaire, consultée par 2 millions de personnes tous les mois, y compris NYU, fournit plus de transparence sur les publicités politiques que la télévision, la radio ou toute autre plateforme numérique», a-t-il continué.

L’entreprise californienne, après s’être montrée très permissive en la matière, a largement durci ses règles en matière de publicités politiques depuis un an. Elle a notamment interdit les tentatives de sape du processus électoral, ou certaines déclarations racistes ou xénophobes.

Des failles malgré tout

Aucune nouvelle publicité politique ne pourra être diffusée sur ses plateformes dans la semaine précédant l’élection, et toutes les publicités sur des sujets de société ou de politique seront interdites aux États-Unis à la fermeture des bureaux de vote le 3 novembre.

Mais «nos analyses montrent que les algorithmes de transparence de Facebook sont faillibles et laissent régulièrement passer des pubs politiques, qui ne sont alors pas inclues dans les archives», a indiqué Laura Edelson sur le site du projet.

Facebook a donné jusqu’à fin novembre à NYU pour mettre fin à ce projet, sans préciser les conséquences dans le cas contraire.

(L'essentiel/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Boycot le 26.10.2020 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    toute personne un tant soit peu intelligente se désincrit de Facebook et boycote ce "reseau"... qui est néfaste pour tout le monde....

  • Dégage, Zuck ! le 26.10.2020 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    Donc, siphoner les données des utilisateurs au mépris des lois, c'est normal... Mais une étude universitaire sur les interactions (méfaits) de la publicité lors d'un processus démocratique, c'est inacceptable. Heu, oui mais encore !? Bref, la morale selon Zuckerberg. On leur précise les conséquences pour fecalbook en cas de non-respect du RGPD ? Ou doit-on faire comme pour TPB ?

  • Chantal le 26.10.2020 16:47 Report dénoncer ce commentaire

    C'est qui, Facebook ?

Les derniers commentaires

  • Chantal le 26.10.2020 16:47 Report dénoncer ce commentaire

    C'est qui, Facebook ?

  • Dégage, Zuck ! le 26.10.2020 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    Donc, siphoner les données des utilisateurs au mépris des lois, c'est normal... Mais une étude universitaire sur les interactions (méfaits) de la publicité lors d'un processus démocratique, c'est inacceptable. Heu, oui mais encore !? Bref, la morale selon Zuckerberg. On leur précise les conséquences pour fecalbook en cas de non-respect du RGPD ? Ou doit-on faire comme pour TPB ?

  • Boycot le 26.10.2020 08:43 Report dénoncer ce commentaire

    toute personne un tant soit peu intelligente se désincrit de Facebook et boycote ce "reseau"... qui est néfaste pour tout le monde....

    • GAFA hater le 26.10.2020 13:27 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis d'accord avec vous mais tout dépend de l’utilisation que l'on en fait. Il me sert, ainsi qu'au collectif dont je fais partie de prévoir nos réunions, d'organiser et partager nos dossiers, de les diffuser également. Mais j'avoue qu’à titre personnel, je ne m'en sert pas car je déteste sa façon de fonctionner et les intrusions permissives forcée de ce gros machin GAFA dans ma vie privée. J'y accéde donc sur mon pc via un compte dédié mais il ne sera jamais dans mon smarphone ni ma tablette. Il faut donc juste savoir l’utiliser à bon escient.

    • Confidentialité le 26.10.2020 16:48 Report dénoncer ce commentaire

      Réunions ? Partage de dossiers ? Via Facebook ? Oh, mon Dieu.

    • GAFA hater le 27.10.2020 10:56 Report dénoncer ce commentaire

      @Confidentialité Oui, nous sommes un collectif météo et nos dossiers sont publiques, nous faisons des recherches sur les événements climatiques extrêmes dans nos contrées et partageons nos données et observations au grand public, bref, rien de professionnel ni de confidentiel en fait! Nous sommes pour le partage gratuit de la connaissance et contre la monétisation du savoir, donc notre FB et notre site sont libre d’accès ;-)