Fusillade en Floride

24 février 2018 12:29; Act: 24.02.2018 12:32 Print

Facebook retire un stand de tir virtuel malvenu

Facebook s'est hâté, un peu tard, de retirer une démo de tir virtuel au meeting conservateur CPAC, après la tuerie en Floride.

storybild

Trop tard. La présence d'un stand de réalité virtuelle de tir à la conférence des conservateurs américains CPAC, quelques jours après la fusillade mortelle en Floride, a fait polémique. Facebook l'a retiré. (image d'illustration - la CPAC).

Sur ce sujet
Une faute?

Facebook a retiré vendredi après des critiques un stand de tir virtuel installé à la conférence CPAC, grand rassemblement annuel des conservateurs américains près de Washington, reconnaissant que la présentation de ce jeux vidéo était malvenue quelques jours après la mort de 17 personnes dans une fusillade en Floride.

«Nous avons retiré la démonstration et regrettons de ne pas l'avoir fait dès le début», a tweeté Hugo Barra, le vice-président de Facebook en charge des activités réalité virtuelle. «Nous nous sommes trompés», a-t-il poursuivi, expliquant que le groupe présente régulièrement des produits adaptés aux casques de réalité virtuelle de sa filière Oculus lors de conférences. Le jeu de tir faisait partie de la palette habituelle de présentation, selon lui.

Pro-armes

Dans le cadre de la CPAC «cela n'avait pas lieu d'être, particulièrement au regard des événements récents et par respect pour les victimes et leurs familles», a ajouté M. Barra. Plusieurs milliers de personnes ont participé à la conférence CPAC, où se sont notamment exprimés le président Donald Trump et des militants pro-armes.

La présentation du jeu sur le stand de Facebook a valu au groupe des critiques en ligne suggérant que le réseau social mettait ses revenus avant toute préoccupation morale, alors que les États-Unis sont endeuillés par un nouveau massacre perpétré au fusil semi-automatique le jour de la Saint-Valentin dans un lycée de Parkland en Floride.

(L'essentiel/nxp/20 minutes/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.