Innovation

01 août 2019 07:32; Act: 01.08.2019 10:16 Print

Facebook veut relier les cerveaux aux machines

Une équipe de chercheurs américains financée par Facebook travaillent actuellement à la création d'une interface cerveau-ordinateur.

storybild

«D'ici une dizaine d'années, la capacité à taper directement depuis notre cerveau sera peut-être considérée comme normale», estime Facebook. (photo: AFP/Josh Edelson)

Sur ce sujet
Une faute?

Une équipe de chercheurs américains financée par Facebook est parvenue à traduire en mots l'activité du cerveau, via des algorithmes, une étape de plus vers l'ambition partagée par d'autres entreprises, comme celle d'Elon Musk, de créer un lien direct entre le cerveau humain et les machines. Les scientifiques de l'université californienne UCSF ont publié cette semaine une étude montrant leurs progrès dans la création d'une interface cerveau-ordinateur: l'activité des neurones est transmise à la machine grâce à des implants, et décodée par des algorithmes, dans un contexte déterminé.

À terme, l'ambition serait d'utiliser une méthode moins contraignante que les implants, comme une paire de lunettes à réalité augmentée, équipée de capteurs et contrôlée par la pensée. «D'ici une dizaine d'années, la capacité à taper directement depuis notre cerveau sera peut-être considérée comme normale», a expliqué Facebook, mardi, dans un article en ligne faisant le point sur le projet lancé il y a deux ans. «Il n'y a pas si longtemps, cela relevait de la science-fiction. Maintenant, cette perspective semble atteignable».

Rendre la parole aux muets

Elon Musk, le fantasque patron de Tesla et de Space X, avait frappé les esprits il y a dix jours en affirmant que sa start-up Neuralink avait réussi une expérience dans laquelle un singe contrôlait un ordinateur directement depuis son cerveau. L'entreprise est censée commencer ses tests sur des humains dès 2020, dans le but de combattre certaines maladies affectant le cerveau ou la moelle épinière.

Un objectif de santé qui guide aussi la recherche de l'équipe de l'UCSF: rendre la parole aux personnes rendues muettes à cause de paralysies, de lésions à la moelle épinière ou de maladies neurodégénératives. «À ce stade, les patients paralysés souffrant de perte de la parole ne peuvent recourir qu'à des technologies basées sur les mouvements des yeux ou les contractions musculaires pour épeler très lentement les mots sur un écran», explique Eddie Chang, neuroscientifique à l'université californienne.

Déjà de nombreux progrès

«Pourtant, dans de nombreux cas, la capacité à s'exprimer est toujours présente dans leur cerveau. Nous avons juste besoin de la technologie pour leur permettre de s'en servir de manière fluide». L'étude publiée dans la revue Nature Communications détaille comment les scientifiques ont réussi à entraîner la machine pour lui faire traduire les signaux reçus via les implants, pendant que les volontaires parlaient à voix haute. Le système d'intelligence artificielle était guidé par un contexte de questions à choix multiple posées aux personnes.

Le «projet Steno» étudie la possibilité de fabriquer un accessoire connecté permettant de taper sur un écran simplement en imaginant parler dans sa tête. Il est financé par un laboratoire du géant des technologies (Facebook Reality Labs) faisant de la recherche sur les technologies de réalités augmentée et virtuelle.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • arffff le 01.08.2019 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    Apres Elon Musk, voila facebook qui s'y met ...

  • Patrick le 01.08.2019 17:28 Report dénoncer ce commentaire

    Mais trèèèèèèès souvent, en passant dans des lieux publics, j'ai l'impression que Facebook & Co. ont carrément REMPLACE le cerveau des utilisateurs !

  • bonsens le 01.08.2019 18:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouais, juste pour dire, tu dois quand même les entraîner et les éduquer tes cerveaux avant de commencer. Genre la poule et l’œuf, on n’est pas sorti du poulailler!

Les derniers commentaires

  • Unhappy guy le 02.08.2019 02:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La folie d’associer l’humain à l’informatique ou à la machine... Je préfère rester moi-même que de ressembler à un robot ????????

  • Afride le 01.08.2019 19:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec ce type de technologie aussi ces géants pourraient mieux nous contrôler. OK pour les progrès technologiques tant qu'il y a de solides bases éthiques.

    • Looooki le 01.08.2019 21:38 Report dénoncer ce commentaire

      On a lâche l éthique depuis longtemps. Saviez vous que le www aurait pu s appeler loki (un dieu pas trop bien veillant)

  • bonsens le 01.08.2019 18:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouais, juste pour dire, tu dois quand même les entraîner et les éduquer tes cerveaux avant de commencer. Genre la poule et l’œuf, on n’est pas sorti du poulailler!

  • Tonton Beber le 01.08.2019 18:08 Report dénoncer ce commentaire

    Vive les "armes" à impulsions électromagnétiques. Facile à fabriquer pour un bon bricoleur d'ailleurs.

    • Pas si simple le 01.08.2019 21:37 Report dénoncer ce commentaire

      Pour un faible portée en effet. Explosion d un transfo cela ne reste pas simple quand meme. Mais à longue porté il faut du nucléaire et la même en etant vraiment bon bricoleur c est compliqué. Sinon avis au amateur pour se débarrasser de ce genre de chose la tête dans le micro-onde. Imparable

  • Patrick le 01.08.2019 17:28 Report dénoncer ce commentaire

    Mais trèèèèèèès souvent, en passant dans des lieux publics, j'ai l'impression que Facebook & Co. ont carrément REMPLACE le cerveau des utilisateurs !