Test

07 novembre 2013 09:07; Act: 07.11.2013 11:03 Print

Faut-​​il craquer pour l’iPhone 5s?

Le dernier smartphone haut de gamme d’Apple, vendu depuis fin octobre au Luxembourg, a-t-il assez d’atouts par rapport au modèle précédent? Notre prise en main.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Avec la commercialisation de l'iPhone 5s et 5c, le 25 octobre dernier au Luxembourg, Apple a pour la première fois mis sur le marché deux nouveaux smartphones simultanément. Succédant à l’iPhone 5, l’iPhone 5s reprend le flambeau du modèle haut de gamme, tandis que l’iPhone 5c en récupère la plupart des caractéristiques (écran, processeur, capteur photo) dans un écrin en plastique coloré et avec un prix légèrement inférieur (699 euros pour la version 16 Go). Le nom du nouveau modèle haut de gamme «iPhone 5s», prouve qu’il s’agit d’une «simple» évolution du modèle précédent. Passer d’un iPhone 5 à un iPhone 5s en vaut-il donc vraiment la peine?

Esthétiquement, l’appareil ne chamboule rien. L’iPhone 5s dispose d’un format et d’un écran 4 pouces Retina (1136 x 640 pixels) identiques au modèle précédent. Avec ses 112 grammes et sa structure en aluminium, il est de plus toujours aussi léger et dispose de finitions toujours aussi soignées. C’est dans les détails que se trouvent les différences. Des deux couleurs noir et blanc, on passe désormais à trois: argent, gris sidéral et or. La différence plus visible concerne le flash, au dos de l’appareil. Baptisé True Tone, il est composé de deux LEDs, une blanche et une ambre qui s’adaptent lors de la prise de vue afin d’offrir des tonalités de couleurs plus naturelles.

Reconnaissance d’empreinte digitale

Autre changement marquant: le bouton principal a troqué pour la première fois son petit carré blanc caractéristique contre un anneau métallique. C’est le signe qu’il dispose d’une nouvelle fonctionnalité: le fameux système de reconnaissance d’empreinte digitale, l’une des principales nouveautés du terminal. D’une simplicité d’utilisation et de configuration, le système baptisé Touch ID fonctionne de manière très précise. Il permet d’éviter de pianoter son mot de passe pour déverrouiller son iPhone et faire des achats sur iTunes ou l’App Store.

Il suffit en effet d’apposer son doigt sur le bouton Home pour qu’il soit automatiquement reconnu. Il est possible de configurer 5 doigts. En pratique, les deux pouces et les deux index pour un confort d’utilisation dans toutes les situations. Il reste ainsi un doigt pour permettre l’accès facilité à l’iPhone 5s à un membre de sa famille, par exemple. Le code numérique reste cependant toujours indispensable à chaque redémarrage.

Économiser de l’énergie

L’autre grande évolution concerne le hardware. L’appareil dispose d’un processeur A7 deux fois plus puissant que celui de l’iPhone 5 et le premier avec une architecture à 64 bits. Malgré le fait qu’il s’agisse d’une puce dual core cadencée à 1,3 GHz et disposant de 1 Go de mémoire vive selon les analyses, il est suffisant pour rivaliser avec les autres processeurs haut de gamme du marché. Les applications exploitant le potentiel de cette plateforme sont toutefois encore peu nombreuses pour l’instant. À l’utilisation, on remarque une ouverture des apps sensiblement plus rapide et une grande fluidité.

Aux côtés du processeur A7, les entrailles de l’iPhone 5s cachent entre autres le coprocesseur M7. Celui-ci est chargé de gérer toutes les activités liées aux capteurs de mouvements (accéléromètre, gyroscope et boussole). Il permet ainsi d’alléger la charge de calcul confiée au processeur A7. Lorsqu’il détecte par exemple que le smartphone n’a pas bougé depuis longtemps, le coprocesseur se chargera de désactiver la recherche automatique d’un réseau mobile. Dans les faits, cela permet d’économiser de l’énergie. La batterie, loin d’être à 3000 mAh comme sur un LG G2 par exemple, gagne par ailleurs en autonomie (1507 mAh contre 1440 mAh). Si on remarque une légère amélioration, on ne déroge cependant pas à devoir recharger son appareil à la fin de la journée, après une utilisation normale.

Photo et vidéo

Du côté du nouveau capteur photo, Apple a choisi de garder une résolution de 8 mégapixels. Il est cependant plus lumineux. Son ouverture passe à f/2.2, contre f/2.4 pour l’iPhone 5. Cela se traduit par des photos affichant moins de bruit lors de prises de vue à faible luminosité. Le processeur A7 permet quant à lui d’améliorer l’application photo en proposant notamment un mode rafale à 10 images par seconde. Au terme d’une prise de vue avec ce mode, les meilleurs clichés sont automatiquement sélectionnés ou sélectionnables par l’utilisateur.

Côté vidéo, l’iPhone 5s propose toujours l’enregistrement de vidéos Full HD 1080p. Il inaugure surtout un mode «Ralenti» à 120 images par seconde en 720p. Très ludique sur des sujets en mouvement comme des animaux ou des enfants, ce mode est aussi très intuitif. Une fois une séquence enregistrée, il est facile de modifier l’instant précis à transformer en «slow motion». En pratique, toute la séquence peut l’être.

Conclusion

En conclusion, avec l’iPhone 5s, Apple offre à nouveau un produit de qualité, tant sur le plan de la fabrication et de la finition que du côté matériel et logiciel. On notera aussi un meilleur support des normes des réseaux 4G/LTE. On ne s'attardera pas sur le système d’exploitation mobile iOS 7, dont la refonte n’a pas été du goût de tous les utilisateurs. La plateforme sur laquelle tourne le smartphone reste néanmoins intuitive et offre encore le plus grand parc d’applications du marché, tout en apportant quelques nouveautés bienvenues, comme l’apparition d’un centre de contrôle inspiré d’Android.

Un utilisateur passant d’un iPhone 4 ou 4S à l’iPhone 5s remarquera davantage les améliorations apportées à l’appareil. Tandis qu’adopter le dernier-né d’Apple alors qu’on dispose d’un iPhone 5 ne se justifiera que par la volonté de disposer de la technologie dernier cri, comme par exemple le capteur d’empreintes digitales, la principale nouveauté aux côtés de la puce A7 64 bits et le coprocesseur M7, encore sous-exploités à l’heure actuelle. La fonctionnalité Touch ID s’adopte rapidement à l’utilisation. Les personnes encore réfractaires (et inconscientes) à utiliser un code de sécurité sur leur smartphone trouveront ici une fonctionnalité idéale et sécurisée pour définitivement s'en passer.

L'écran de 4 pouces devient par contre une taille de plus en plus limite par rapport aux autres smartphones concurrents disponibles sur le marché. Et le prix de l’appareil (à partir de 699 euros pour le modèle 16 Go), toujours aussi conséquent, risque de peser dans le choix du client. Surtout s’il désire un modèle avec davantage d'espace de stockage ce qui augmenterai alors le prix de l'appareil...

(L'essentiel Online/Michel Annese)