Silicon Valley

13 septembre 2019 09:35; Act: 13.09.2019 12:02 Print

Google donne de nouveaux conseils à ses employés

Après une polémique, Google s'est engagé, jeudi, à rappeler à ses employés qu'ils sont libres d'exprimer leurs opinions sur les «questions relatives au travail».

storybild

Google incite toujours ses employés à se tenir à l'écart des débats partisans au travail. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Google va rappeler leurs droits à ses salariés sur son réseau intranet et affichera des messages dans les bureaux de son siège de la Silicon Valley, selon les termes de l'accord avec le US National Labor Relations Board. L'accord intervient à la suite d'une plainte déposée par un ingénieur qui affirmait avoir été licencié en raison de ses vues conservatrices. «En vertu de cet accord, nous avons accepté d'afficher des avis pour rappeler à nos employés leurs droits», a déclaré une porte-parole de Google, précisant qu'ils resteraient en place 60 jours.

Google assure que cet accord ne fait pas «mention d'activité politique» et qu'il conserve sa politique, rappelée le mois dernier, d'inciter les employés à se tenir à l'écart des débats partisans au travail. Cet ingénieur, Kevin Cernekee, s'estimait victime d'un environnement hostile aux conservateurs chez Google. Lui et un autre employé, qui a souhaité rester anonyme, avaient porté plainte. Le géant de l'Internet affirme que ce ne sont pas ses opinions politiques qui lui ont coûté son emploi.

De nouvelles directives

Selon des médias, M. Cernekee a eu des liens avec des nationalistes blancs et a été licencié parce qu'il a violé des règles de la société notamment en utilisant un appareil qui lui appartenait pour télécharger des documents internes. Le président américain Donald Trump, qui a cité son cas en critiquant Google, a accusé à plusieurs reprises la filiale d'Alphabet d'avoir des préjugés envers lui et ses partisans, sans en apporter la preuve, des accusations que rejette Google.

Après avoir longtemps encouragé les gens à donner leur avis, Google a demandé le mois dernier à ses employés de se concentrer sur leur travail plutôt que sur des débats politiques avec leurs collègues. De nouvelles directives leur recommandent désormais de se montrer modérés, réfléchis et respectueux dans leurs échanges, notamment dans les forums de conversation.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.