Internet

04 juillet 2012 14:05; Act: 04.07.2012 14:38 Print

Google éjecte «Google Vidéo» et «iGoogle»

Le géant du web continue son nettoyage de printemps en se débarrassant de cinq services qu'il juge obsolètes.

storybild

Google fermera bientôt quelques-uns de ses services. (photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Un «nettoyage de printemps en été». C’est ainsi que définit Google sur son blog officiel la fermeture prévue de cinq de ses services, dans le but de recentrer ses ressources sur des projets plus porteurs. Ce ménage intervient après la fermeture ou la fusion de 30 produits depuis l’automne dernier.

Ainsi, le géant du web se séparera de Google Video. Le service, qui n’acceptait plus de nouvelles entrées depuis 2009, fermera ses portes cet été. Ses utilisateurs ont jusqu’au 20 août prochain pour migrer leur contenu sur YouTube, l’effacer ou le télécharger, annonce Google. iGoogle, la page d’accueil personnalisable de Google, lancée en 2005, bénéficie d’un délai plus important puisqu’elle sera fermée le 1er novembre 2013. Quant à Google Mini il sera sacrifié à partir du 31 juillet. Les utilisateurs de la solution d’indexation pour les entreprises pourront se tourner vers Google Search Appliance, Google Site Search et Google Commerce Search qui la remplacent.

«Symbian Search App» est sur la sellette

Google Talk Chatback, le widget qui permettait d’intégrer le service Google Talk sur une page web fermera également en faveur de Meebo, le service de messagerie instantanée qui vient d’être racheté par la firme de Mountain View.

Enfin, sur la liste des services moribonds figure également Symbian Search App, l’application de recherche pour les terminaux Symbian. Google conseille aux utilisateurs de mettre l’adresse google.com dans leurs marque-pages pour effectuer des recherches sur le web.

(L'essentiel Online/man,)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).