Cybercriminalité

08 décembre 2021 10:42; Act: 08.12.2021 11:09 Print

Google lutte contre un réseau de crime en ligne

Google a annoncé mardi lutter contre un réseau de crime en ligne, comprenant environ un million d’appareils électroniques piratés. Des poursuites ont été lancées.

storybild

Les géants des technologies comme Google ou Microsoft sont très investis dans la lutte contre le cybercrime. (photo: AFP/Kirill Kudryavtsev)

Sur ce sujet
Une faute?

Baptisé Glupteba, le réseau d’appareils infectés – ou «botnet» – qui servait aussi à miner des bitcoins, a été rendu inaccessible aux personnes qui le manipulaient, au moins pour l’instant.

«Les opérateurs de Glupteba vont certainement essayer de reprendre le contrôle sur le botnet grâce à des sauvegardes et mécanismes de contrôle», notent cependant Shane Huntley et Luca Nagy, du groupe d’analyse des menaces de Google, dans un communiqué.

Différents crimes

Les géants des technologies comme Google ou Microsoft sont très investis dans la lutte contre le cybercrime, qui passe par leurs produits et services, ce qui leur donne une compréhension unique des failles et conséquences.

Selon Google, le réseau malveillant comprend environ un million d’appareils sous le système d’exploitation Windows dans le monde, et a servi à différents crimes, dont le vol d’identifiants des utilisateurs et de victimes aux États-Unis, en Inde, au Brésil et en Asie du Sud-Est.

Serveur alternatif

La société a déposé plainte auprès d’une cour fédérale de New York contre Dmitry Starovikov et Alexander Filippov. Elle demande au juge de les bloquer sur ses plateformes.

Des experts en cybersécurité avaient alerté sur l’existence de Glupteba dès 2011. Il se faisait passer pour un logiciel gratuit ou des vidéos à télécharger. Mais contrairement aux botnets conventionnels qui ne survivent que sur des systèmes prédéterminés, Glupteba est programmé pour trouver un serveur alternatif en cas de détection, pour continuer à fonctionner, d’après la plainte de Google.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.