Étude Statec

30 janvier 2012 14:59; Act: 30.01.2012 16:32 Print

Huit jeunes sur dix inscrits sur un réseau social

LUXEMBOURG - Le Statec s'est penché sur les habitudes numériques des Luxembourgeois. Les jeunes et les femmes sont très friands des réseaux sociaux.

La pénétration d'Internet au Luxembourg
Source: ITU (2000-2010) / Eurostat (2011)

Sur ce sujet
Une faute?

Internet et les réseaux sociaux font de plus en plus partie de nos vies. Une tendance que le Statec a décidé de chiffrer. Dans une étude publiée ce lundi, l'institut statistique s'est penché sur l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) par les ménages et les particuliers âgés entre 16 et 74 ans.

Des chiffres parfois surprenants ressortent de cette enquête. Ainsi, seulement 51% des internautes interrogés (voir encadré) sont membres d'un réseau social. Un taux qui (sans surprise) diminue avec l'âge, passant de 83% chez les 16 à 24 ans, à 24% chez les 55 à 74 ans. Le Statec note que près d'un tiers des inscrits y passent moins d'une heure par jour et quelque 15% y consacrent plus d'une heure. Facebook, Twitter et autres seraient davantage appréciés par les femmes. Elles y sont plus nombreuses (52% contre 49% pour les hommes) et y passent plus de temps. 17% des femmes s'y connectent pendant plus d'une heure par jour contre 13% des hommes.

Ils sont 8% à n'avoir jamais utilisé Internet

En plus d'aimer les réseaux sociaux, les jeunes luxembourgeois aiment aussi beaucoup télécharger. Car malgré les interdictions et autres descentes du FBI chez MegaUpload, 55% des moins de 25 ans disent avoir déjà téléchargé des contenus illicites, 7% d'entre eux le faisant régulièrement.

Autre chiffre intéressant: 8% des particuliers de 16 à 74 ans n'ont jamais utilisé Internet! Ils étaient 20% cinq ans plus tôt. 11% des femmes, 5% des hommes et 24% des 55 ans et plus ne se sont jamais connectés à la Toile. À l'autre extrême on retrouve 76% des particuliers qui se connectent tous les jours: 82% sont des hommes, 70% des femmes et 88% des moins de 25 ans.

(FR/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Fair-play le 31.01.2012 09:25 Report dénoncer ce commentaire

    On regardait derrière les rideaux, on partageait ses rumeurs dans l'épicierie du coin, on colportait les calomnies sur le trottoir ou à la sortie de l'église. Facebook n'est rien d'autre.

Les derniers commentaires

  • Fair-play le 31.01.2012 09:25 Report dénoncer ce commentaire

    On regardait derrière les rideaux, on partageait ses rumeurs dans l'épicierie du coin, on colportait les calomnies sur le trottoir ou à la sortie de l'église. Facebook n'est rien d'autre.