American Dream

21 février 2014 10:11; Act: 21.02.2014 10:34 Print

Il est devenu milliardaire avec WhatsApp

Né pauvre en Ukraine avant d'émigrer aux États-Unis à l'âge de 16 ans, Jan Koum a vu sa fortune personnelle bondir depuis la vente, mercredi, de l'application qu'il a cofondée en 2009.

storybild

Jan Koum a tout appris ou presque en achetant des manuels dans un magasin de livres d'occasion. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le conte de fées pour cet entrepreneur de 38 ans a commencé près de Kiev, où Jan Koum est né dans une famille juive très pauvre. Pour fuir les tactiques oppressives et antisémites de la police ukrainienne, Jan Koum a émigré en Californie avec sa mère quand il avait 16 ans mais son père n'a pas pu les accompagner.

Les premiers temps sont difficiles et ne correspondent pas vraiment à l'image standard du rêve américain: Jan Koum, enfant turbulent, va à l'école avec des cahiers et des stylos datant de l'époque soviétique, amenés par sa mère qui voulait ainsi faire des économies sur l'achat des fournitures scolaires.

Nettoyeur dans une épicerie

Pour se nourrir, le jeune homme et sa mère font la queue afin de récupérer des bons alimentaires. Sa mère cumule les petits boulots de babysitter et Jan gagne quelques sous en faisant le ménage dans une petite épicerie locale. Quand sa mère est atteinte d'un cancer, la famille bénéficie d'indemnités pour personnes handicapées, selon le magazine «Forbes».

Jan Koum a appris l'informatique et s'est formé sur les réseaux en achetant des manuels dans un magasin de livres d'occasion. Il intègre une université de la Silicon Valley et travaille pour une société de sécurité informatique quand il rencontre en 1997 Brian Acton, avec qui il fondera plus tard WhatsApp. Brian Acton travaille alors pour Yahoo!.

Les deux hommes deviennent de bons amis et quand la mère de Jan Koum meurt des suites de son cancer en 2000, Brian Acton prend sous son aile le jeune homme qui choisit finalement de rejoindre lui aussi Yahoo! au lieu de poursuivre ses études à l'université.

Voyage en Amérique du Sud

Selon la rumeur, Brian Acton aurait perdu une fortune lors de l'éclatement de la bulle Internet au début des années 2000, mais lui et Jan Koum continuent à travailler pour Yahoo! jusqu'en 2007. Les deux amis font alors une longue pause dans leur carrière et explorent l'Amérique du Sud notamment. Au retour de leur périple ils tentent de se faire embaucher par Facebook mais sans succès. Brian Acton ne parvient pas non plus à rejoindre Twitter.

Jan Koum vit alors sur ses économies qui commencent à diminuer sérieusement quand Apple ouvre son magasin d'applications en ligne: le jeune trentenaire perçoit alors toutes les possibilités offertes par cet «App Store». Il emprunte un peu d'argent à la communauté des immigrés russes de la région pour développer son idée d'une messagerie pour smartphones synchronisée à la liste des contacts des utilisateurs. Il recrute son ami Brian Acton, qui est alors sans emploi, et les deux hommes fondent WhatsApp en 2009.

«Pas de publicités, pas de jeu, pas de gadgets»

Leur credo: «Pas de publicités, pas de jeu, pas de gadgets». La volonté affirmée de ne pas rassembler d'informations à propos des utilisateurs pour ensuite les cibler avec des publicités adéquates est le fait de Jan Koum, qui avait horreur des manœuvres de surveillance de la police secrète dans les pays communistes auxquels il a été confronté étant jeune, souligne Jim Goetz, un de ses partenaires en affaires. «Étant donné la jeunesse qu'il a connue, Jan apprécie les communications qui ne sont pas espionnées ou enregistrées», dit encore M. Goetz.

«20 ans à faire des trucs de geek chez Yahoo!»

Jan Koum et Brian Acton se décrivent avec humour comme «deux gars qui ont passé au total 20 ans à faire des trucs de geek chez Yahoo!». Les «deux gars» et leur bonne idée de plateforme permettant d'envoyer des images, des vidéos, du son ou des messages ont vendu WhatsApp, qui compte plus de 450 millions d'abonnés, pour 19 milliards de dollars, mercredi, au géant Facebook.

Le fondateur du réseau social Mark Zuckerberg a décrit Jan Koum comme un collaborateur précieux depuis plusieurs années. En rachetant la startup pour un prix que certains jugent déraisonnable, il a fait de Jan Koum et Brian Acton deux nouveaux milliardaires.

(L'essentiel / AFP)