En France

07 novembre 2019 15:49; Act: 07.11.2019 16:40 Print

Il faudra encore patienter pour les taxis volants

Le futur marché des taxis volants pourrait représenter plus de 35 milliards de dollars en 2035, mais demandera une grande évolution.

storybild

Montera-t-on bientôt dans un taxi volant? (photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

Le futur marché des taxis volants pourrait représenter plus de 35 milliards de dollars en 2035, mais dépendra notamment du développement des batteries électriques et des technologies de vols sans pilote pour révolutionner les déplacements urbains, selon une étude publiée jeudi.

En 2035, le marché, qui concernerait 60 à 90 villes dans le monde, devrait représenter plus de 35 milliards de dollars et 40 000 à 60 000 véhicules volants électriques (eVTOL, electric vertical take-off and landing), estime le cabinet de conseil, Oliver Wyman, dans cette étude.

Prototypes en cours de développement

«À partir de 2023, on imagine l'ouverture des premières routes commerciales en intraville (...), mais il faudra sans doute attendre 2025 pour que de vrais systèmes de transports publics se mettent en place. Et à partir de 2030, l'interurbain (jusqu'à 400 km) prendra son envol, parce que les technologies sur la batterie seront bien gérées et l'autonomie permettra de massifier les opérations», explique Guillaume Thibault, associé du cabinet.

Deux milliards de dollars d'investissements dans le secteur ont déjà été réalisés et 170 prototypes sont en cours de développement, 80% d'entre eux par des start-up, selon lui. Un premier prototype de l'allemand Volocopter a ainsi effectué un vol d'essai sur le front de mer de Singapour, le 22 octobre. Des géants comme Boeing, via sa filiale Aurora, ou Airbus, avec son Vahana, sont aussi sur les rangs.

L'acceptation sociale: «Un obstacle»

À l'heure actuelle, les batteries permettent un vol de 20-25 minutes à deux passagers, mais leur capacité augmente de 3% par an. Le développement de l'autonomie du véhicule et sa capacité à se passer de pilote permettra une réduction de 30% à 40% des coûts par siège, notent les auteurs de l'étude. «Avec l'autonomie et la batterie, on devient rentable avec un vol à 50 euros», calcule Guillaume Thibault.

Mais ce mode de transport, s'il n'est pas réservé aux riches clients, n'a pas vocation à remplacer les transports en commun et ne devrait représenter que 1% des déplacements à l'horizon 2030. D'autant qu'il n'existe pas encore de système de gestion du trafic aérien à basse altitude. C'est essentiellement dans les mégapoles congestionnées d'Asie (Canton, Singapour...) et d'Amérique (Los Angeles, São Paulo) que le marché se situera, prévoient les auteurs.

«C'est une question de temps», juge Guillaume Thibault. «Le plus difficile dans cette feuille de route, ce sera probablement non pas la technologie ou la certification (des appareils) mais l'acceptation sociale» de voler dans un taxi sans pilote, selon lui.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vindulux le 07.11.2019 18:30 Report dénoncer ce commentaire

    C'est inquiétant! De constater que le progrès sera au service des 1 % des plus riches et que 99 % de l'humanité subira les conséquences du réchauffement climatique provoqué par notre mode de vie qui ne sert qu'a enrichir les milliardaires .

  • vindenfrance le 08.11.2019 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    A 50 euros, je veux bien emprunter ce nouveau moyen de transport. Si pour cela je suis considéré comme faisant partie des 1% des plus riches, je pourrai flamber malgré mes 2200 euros.

Les derniers commentaires

  • vindenfrance le 08.11.2019 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    A 50 euros, je veux bien emprunter ce nouveau moyen de transport. Si pour cela je suis considéré comme faisant partie des 1% des plus riches, je pourrai flamber malgré mes 2200 euros.

  • Vindulux le 07.11.2019 18:30 Report dénoncer ce commentaire

    C'est inquiétant! De constater que le progrès sera au service des 1 % des plus riches et que 99 % de l'humanité subira les conséquences du réchauffement climatique provoqué par notre mode de vie qui ne sert qu'a enrichir les milliardaires .