Addiction/Réseaux sociaux

26 juillet 2019 08:31; Act: 26.07.2019 10:16 Print

Insta, pire réseau social pour la santé mentale

Ma photo en Grèce plaira-t-elle davantage que la tienne à Venise? Pour mettre fin aux batailles d'égo, Instagram n'affiche plus les «likes» dans certains pays.

storybild

Instagram, réseau de partage d'images comptant un milliard d'utilisateurs dans le monde, semble avoir pris conscience de la «pression» vécue par certains de ses adeptes. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Instagram, réseau de partage d'images comptant un milliard d'utilisateurs dans le monde, semble avoir pris conscience de la «pression» vécue par certains de ses adeptes. Son patron, Adam Mosseri, annonçait début juillet la création de nouveaux outils contre le harcèlement, dont l'apparition d'un message d'avertissement contre les commentaires haineux généré par un logiciel d'intelligence artificielle. Le réseau teste aussi en parallèle une nouvelle fonctionnalité dans six nouveaux pays (Australie, Italie, Irlande, Japon, Brésil et Nouvelle-Zélande, après le Canada): le nombre total de «likes» n'est plus affiché sous chaque photo mais uniquement visible par l'auteur de la publication.

«Nous voulons qu'Instagram soit un lieu où les gens se sentent à l'aise pour s'exprimer», a expliqué une responsable de Facebook, maison mère d'Instagram, pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande, Mia Garlick. «Nous espérons que ce test fera baisser la pression (...) afin que vous puissiez vous consacrer au partage de ce que vous aimez». Instagram, arène d'une course à la popularité et à la mise en avant de soi? Véridique en Italie, l'un des pays tests où la culture de l'image est très présente, selon le sociologue Simone Carlo.

«Temps de jouissance addictif»

«Sur Instagram, il existe les mêmes addictions que dans la société, se divertir, se montrer, recevoir l'approbation des autres. Ce sont des comportements qui sont présents depuis toujours dans la société italienne», explique à l'AFP l'universitaire milanais, spécialiste de rapports sociaux numériques, même si ce phénomène n'est pas réservé à l'Italie. «Sur les médias numériques, il y a l'idée de parler de soi-même, de le faire pour satisfaire l'égo», ajoute André Mondoux, sociologue canadien et professeur à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Les problèmes de mal-être surviennent lorsque «l'attention qu'on reçoit diminue» et qu'il manque ce «temps de jouissance addictif». En 2017, une étude de la Royal Society for Public Health classait Instagram comme le pire réseau social pour la santé mentale des jeunes au Royaume-Uni, selon 14 critères dont la perception de soi, l'anxiété ou le harcèlement. Même si les «likes» disparaissent, resteront les photos, parfois trompeuses et dopées aux filtres, d'une fausse réalité socialement parfaite.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nonmerci le 26.07.2019 09:01 Report dénoncer ce commentaire

    tous ces réseaux sociaux sont en train de transformer négativement la société : narcissisme, mise en scène (voir invention), convoitise, addiction, comparaison aux autres.... le plus triste est encore de voir des très jeunes enfants (voire bébés) avec dans les mains le téléphone de leurs parents... cela promet une belle génération future.

  • Spykopateux le 26.07.2019 09:56 Report dénoncer ce commentaire

    Parce qu'il y a des réseaux sociaux bons pour la santé mentale??? Bon ok celle là elle était facile ;-P

  • NImp le 26.07.2019 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    J'étais très actif sur IG en postant des photos de montres. J'ai reçu des montres de la part de marques pour être leur "influenceur" et j'étais donc sous pression de "likes" et devaient poster tous les jours pour garder un rythme soutenu pour mes followers. J'ai tout arrêté du jour au lendemain car cela déprimait quand un des mes posts ne fonctionnait pas bien.... Maintenant, je suis libéré et délivré

Les derniers commentaires

  • Soleil le 28.07.2019 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On a échoué en quoi exactement? La vie a un début, un milieu et une fin. Y’a même pas à avoir de jugement là dessus.

  • Nathielux le 28.07.2019 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dit « être humain » or de plus en plus on diminue notre humanité....... Réseaux sociaux non maitrisés dès leur lancement , égoïsme, narcissisme, argent, convoitise....... notre civilisation s auto détruit doucement mais sûrement...... peut être que l arche de Noé finalement ce n est pas que d y mettre seulement une espèce de chaque animal mais aussi quelques exemples d être humains aussi avant la fin...........

  • NImp le 26.07.2019 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    J'étais très actif sur IG en postant des photos de montres. J'ai reçu des montres de la part de marques pour être leur "influenceur" et j'étais donc sous pression de "likes" et devaient poster tous les jours pour garder un rythme soutenu pour mes followers. J'ai tout arrêté du jour au lendemain car cela déprimait quand un des mes posts ne fonctionnait pas bien.... Maintenant, je suis libéré et délivré

  • Thunderbird le 26.07.2019 12:34 Report dénoncer ce commentaire

    Il y en a même qui vont jusqu' à se blesser voire même se tuer juste pour un selfie...No comment !

  • Spykopateux le 26.07.2019 09:56 Report dénoncer ce commentaire

    Parce qu'il y a des réseaux sociaux bons pour la santé mentale??? Bon ok celle là elle était facile ;-P