Vie privée

02 juin 2019 14:29; Act: 02.06.2019 14:36 Print

L'App Store, un air de talon d'Achille pour Apple

L'App Store a comme des airs de talon d'Achille pour Apple. Des journalistes ont découvert que des applications partagent les informations confidentielles à l'aide de «trackers».

storybild

Les «trackers» analysent l'activité de l'usager et envoient des données à des firmes d'analyse de données et de marketing.

Sur ce sujet
Une faute?

En 2007, Apple révolutionne le monde de la tech avec son iPhone bourré d'applications mobiles, des «apps» devenues aujourd'hui incontournables. Douze ans plus tard, «l'App Store» est critiquée de toutes parts: applications intrusives, monopole... Alors qu'Apple se présente comme le héraut de la protection de la vie privée et veut se renforcer dans les «services», ces critiques tombent particulièrement mal pour la firme à la pomme.

Les développeurs conçoivent les applications qui, si Apple les valide, se retrouvent sur l'App Store, seul endroit où les utilisateurs d'iPhone ou d'iPad peuvent les télécharger, d'où certaines accusations de monopole contre la boutique en ligne de la marque. Cette semaine, le Washington Post et le Wall Street Journal (WSJ) ont mis en lumière le fait que nombre d'applications disponibles sur l'App Store, y compris certaines destinées aux enfants, étaient équipées de «trackers». Ces petits modules discrets analysent l'activité de l'usager et envoient des données à des firmes d'analyse de données et de marketing sans que l'utilisateur en soit toujours clairement informé.

100 000 applications vérifiées chaque semaine

«Bravo, vous avez acheté un iPhone! Vous avez pris une excellente décision en matière de vie privée... jusqu'à ce que vous téléchargiez une app depuis l'App Store», ironise la journaliste spécialisée Joanna Stern dans sa chronique. D'après le WSJ, Apple pourrait d'ailleurs annoncer lundi une limitation du «tracking» par les applications pour enfants. Si les «trackers» sont monnaie courante, l'envoi via un appareil Apple de données telles qu'adresse e-mail ou géolocalisation peut sembler quelque peu contradictoire avec le récent slogan de l'entreprise: «Ce qui se passe dans votre iPhone reste dans votre iPhone».

Sentant le vent du boulet, Apple est monté au créneau cette semaine avec une nouvelle page sur son site, consacrée à la défense de l'App Store. «Nous avons créé l'App Store avec deux objectifs: que ce soit un endroit sûr et de confiance pour les clients» et «une formidable opportunité (financière) pour les développeurs», écrit Apple. La firme assure vérifier 100 000 applications par semaine et en valider 60%. Le reste est rejeté d'abord en raison de «petits bugs», puis en raison d'«inquiétudes sur la protection de la vie privée».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.