Mobile

10 mai 2019 09:27; Act: 10.05.2019 10:31 Print

L'app Yolo liée à un risque de cyberharcèlement?

Un nouvel outil controversé de messagerie anonyme s'est propulsé à la première place de l'App Store aux États-Unis et au Royaume-Uni.

storybild

L'app Yolo rencontre un succès inattendu. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Ce n'était pas censé devenir un succès, a assuré Grégoire Henrion, créateur de Yolo, au site TechCrunch. C'est devenu 100% viral. C'est de la folie!» Le développeur n'en revient pas de la popularité éclair de son app de messagerie anonyme pour ados. En une semaine, Yolo a atteint la première place de l'App Store aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Le service permet d'ajouter aux stories Snapchat un sti­cker qui invite les autres utilisateurs à envoyer une question de manière anonyme. L'auteur de la story choisit ensuite d'y répondre ou non. Un procédé qui rappelle l'app Sarahah. Devenue populaire en 2017, ce service de messagerie anonyme avait été retiré des boutiques en ligne, en février 2018, car il était utilisé à des fins de cyberharcèlement.

«Plus humains que les apps anonymes précédentes»

Un risque que Yolo fait également courir, avertissent les défenseurs des enfants comme Protect Young Eyes. Cette organisation américaine, qui qualifie les apps anonymes de «terrain propice à la haine», s'indigne que Yolo soit accessible à partir de 12 ans, écrit la BBC.

«Nous pensons que nous sommes plus empathiques, plus humains que les apps anonymes précédentes», assure de son côté le responsable de Yolo, qui martèle le fait que son système ne tolère aucun contenu répréhensible. Ainsi pour prévenir les abus, les questions ne sont rendues publiques que si les utilisateurs consentent à y répondre. Ce qui n'empêche pas ces derniers de s'exposer à des insultes anonymes.

(L'essentiel/man)