Eric Schmidt

02 janvier 2014 18:02; Act: 03.01.2014 12:40 Print

L'ex-​​PDG de Google fait son mea culpa

Eric Schmidt avoue avoir manqué le virage des réseaux sociaux, tout en se félicitant d'avoir parié sur l'essor du mobile.

storybild

Eric Schmidt s'est par contre félicité de la présence de sa firme sur les mobiles, un secteur jugé clé pour 2014. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«La plus grande erreur que j'ai commise chez Google est de ne pas avoir su anticiper la montée en puissance des réseaux sociaux». Plutôt habitué aux citations polémiques, Eric Schmidt a fait cette fois son mea culpa. Il a reconnu que Google «aurait dû être présent dans ce domaine», alors qu'il était à l'époque non seulement président, mais aussi directeur général de la firme de Mountain View.

«Ce n'est pas une erreur que nous allons refaire», a-t-il juré dans un entretien accordé à la chaîne américaine Bloomberg. Depuis, Google a mis les grands moyens pour faire son retard sur Facebook et autre Twitter avec son réseau social Google+. Big G a forcé les utilisateurs des différents services à le rejoindre, mais n'a toujours pas réussi à le rendre populaire, Google+ restant jusqu'ici plutôt un «réseau fantôme».

Tout pour le mobile

Eric Schmidt s'est par contre félicité de la présence de sa firme sur les mobiles, un secteur jugé clé pour 2014. «La tendance était que le mobile allait s'imposer. Et c'est gagné. Il y a davantage de tablettes et de téléphones vendus que d'ordinateurs personnels. Les gens passent très vite à cette nouvelle architecture». Il croit en une nouvelle génération d'applications. Le «big data» et les machines dites intelligentes vont bouleverser la donne dans le commerce, prédit cette année Eric Schmidt.

«La possibilité de trouver des gens, de leur parler d'une manière très personnalisée, de les juger, de classer ce qu'ils font ou encore de décider quoi faire avec les produits, va changer le monde des affaires à l'échelle mondiale», estime-t-il. Il voit à moyen terme dans la génétique et les soins, la plus grande rupture technologique à venir, même si «nous ne savons pas encore sous quelle forme elle va arriver».

(L'essentiel Online/laf)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).