CES à Las Vegas

09 janvier 2019 12:13; Act: 09.01.2019 12:40 Print

L'IA rend possible la traduction en temps réel

Grâce aux dernières avancées de l'intelligence artificielle, il est désormais facile de dialoguer sans la barrière de la langue.

Sur ce sujet
Une faute?

Au CES de Las Vegas, plusieurs entreprises promeuvent leurs appareils, de plus en plus perfectionnés, qui permettent de dialoguer dans différentes langues via un petit gadget qui tient dans la main ou des écouteurs sans fil qui se glissent dans l'oreille. Les écouteurs «Pilot» - rouges, blancs ou noirs laqués au design soigné - de Waverly Labs traduisent en 15 langues et coûtent de 180 à 250 dollars. Si les deux interlocuteurs sont équipés, il est possible de dialoguer directement.

Au cours d'une brève démonstration à Las Vegas, une journaliste de l'AFP parlant en français a vu ses propos traduits avec justesse dans l'écouteur d'Andrew Ochoa, patron de Waverly Labs, société créée en 2014 à New York. Sur le smartphone de M. Ochoa, l'application a également retranscrit le texte par écrit, en cas de besoin. L'écouteur, via l'application du smartphone, «écoute la voix, l'envoie dans le "cloud" (NDLR: l'informatique dématérialisée, où se trouve le cerveau du système), transcrit, traduit et la synthétise» vocalement, explique M. Ochoa.

Du coup, il faut compter quelques petites secondes de décalage le temps de la traduction. «C'est de la traduction "consécutive"» (et non exactement simultanée), poursuit-il. Les appareils et logiciels de traduction et interprétation par synthèse vocale arrivent depuis peu sur le marché car la technologie n'est au point que depuis moins de deux ans. «Nous appliquons les dernières fonctionnalités de l'intelligence artificielle, comme l'apprentissage des machines ou le "neural network" (NDLR; système informatique inspiré des connections du cerveau humain) aux modèles de traduction», dit-il encore, citant aussi les énormes progrès de la reconnaissance vocale.

«Beaucoup de Japonais ne parlent que japonais»

Désormais, «ces technologies sont suffisamment mûres pour rendre cela possible», se félicite Andrew Ochoa, qui dit avoir vendu 35 000 paires d'écouteurs en moins d'un an, notamment à des hôtels, qui ont à l'évidence besoin de pouvoir communiquer dans de nombreuses langues avec leurs clients. Moins discrètes, les oreillettes WT2 du Chinois TimeKettle fonctionnent de façon similaire et sont aussi présentées cette semaine au CES.

Pas besoin de smartphone en revanche pour utiliser Pocketalk, du japonais Sourcenext, qui mise fort sur les Jeux olympiques de Tokyo en 2020, car «beaucoup de Japonais ne parlent que japonais», explique Richard Gallagher, chargé de communication. Selon lui, le petit appareil, qui ressemble à un téléphone mobile ancienne génération, peut traduire 74 langues pour 299 dollars.

«Grâce à l'apprentissage des machines, il vous comprend de mieux en mieux au fur et à mesure que l'on s'en sert» et «s'adapte à la prononciation» de l'utilisateur, poursuit-il, démonstration à l'appui. «C'est une super façon d'interagir avec l'intelligence artificielle», souligne-t-il, affirmant que 200 000 exemplaires se sont déjà écoulés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JADORE le 09.01.2019 13:08 Report dénoncer ce commentaire

    C'est top ça!

Les derniers commentaires

  • JADORE le 09.01.2019 13:08 Report dénoncer ce commentaire

    C'est top ça!