Facebook

27 septembre 2021 14:53; Act: 27.09.2021 15:09 Print

L'Instagram pour enfants est «mis sur pause»

Facebook a annoncé lundi mettre sur pause la préparation d'une version d'Instagram pour les moins de 13 ans, sur fond d'inquiétude pour la santé mentale des enfants.

storybild

L'Instagram pour les moins de 13 ans suscite des inquiétudes pour la santé mentale des enfants. (photo: AFP/Olivier Douliery)

Sur ce sujet
Une faute?

Facebook a annoncé lundi «mettre sur pause» son travail sur une version d'Instagram pour les moins de 13 ans, afin de répondre aux critiques émises avant même son lancement au nom de la santé mentale des enfants. Le groupe de Mark Zuckerberg souhaite prendre plus de temps «pour travailler avec les parents, les experts et les décideurs politiques afin de démontrer la valeur et la nécessité de ce produit», explique le responsable d'Instagram, Adam Mosseri, dans un message sur son blog.

L'entreprise se dit toujours convaincue de l'intérêt de concevoir une version pour les plus jeunes, faisant valoir que «les enfants ont des téléphones de plus en plus jeunes, mentent sur leur âge et téléchargent des applications destinées aux 13 ans ou plus». Mais elle dit préférer prendre le temps de s'expliquer face aux critiques appelant Facebook à abandonner le projet.

Comportements suicidaires

Les procureurs généraux de 44 États avaient notamment adressé en mai une lettre au fondateur du groupe californien évoquant les recherches montrant une corrélation entre l'utilisation des réseaux sociaux et la «hausse de la détresse psychologique et des comportements suicidaires au sein de la jeunesse».

Ils y mentionnaient, entre autres, les torts causés par la comparaison permanente avec ses pairs, comme les troubles de l'alimentation (anorexie, boulimie), ainsi que les dangers du harcèlement en ligne par d'autres adolescents ou par des adultes criminels. Un collectif militant contre le marketing ciblant les enfants avait envoyé quelques semaines plus tôt une lettre à Mark Zuckerberg allant dans le même sens.

«Permettre aux parents de superviser les comptes des enfants»

La suspension de la mise en œuvre de l'«Instagram Kids» ne signifie pas que le groupe «reconnaît que le projet est une mauvaise idée», assure Facebook. L'idée est de construire une version pour les 10-12 ans qui soit différente de celle destinée aux plus âgés, sans pub, avec des contenus appropriés et requérant l'autorisation des parents.

En attendant de reprendre le développement de la version pour les plus jeunes, le réseau social dit vouloir continuer à installer de nouveaux outils pour «permettre aux parents de superviser les comptes de leurs enfants» sur Instagram, théoriquement réservés aux plus de 13 ans. Le groupe prévoit de faire des annonces dans les mois à venir. Il avait déjà dévoilé quelques mesures devant renforcer à la marge la sûreté des comptes des adolescents, en les rendant notamment privés par défaut.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Se poser les bonnes questions le 28.09.2021 08:19 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on sait que les dirigeants des GAFAM et gros salaires de la Sylicon Valley interdisent à leurs propres enfants l’utilisation des réseaux sociaux et les placent dans des écoles privées sans appareils connectés ou écrans (smarphones, tablettes, etc…), il faut se poser les bonnes questions!

Les derniers commentaires

  • Se poser les bonnes questions le 28.09.2021 08:19 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on sait que les dirigeants des GAFAM et gros salaires de la Sylicon Valley interdisent à leurs propres enfants l’utilisation des réseaux sociaux et les placent dans des écoles privées sans appareils connectés ou écrans (smarphones, tablettes, etc…), il faut se poser les bonnes questions!